Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azzédine TAIBI
  • Azzédine TAIBI
  • : Bienvenue sur mon blog. Il vous rendra compte de mon action et de mon engagement en tant qu'élu à la Mairie de Stains et au Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Il vous informera de mes prises de position et des combats politiques que je mène au quotidien avec et pour les citoyens. Ce blog est aussi l'occasion de recueillir vos remarques et vos propositions pour construire une alternative politique. Alors sans plus tarder, bonne visite et à très bientôt !
  • Contact

Archives

Liste D'articles

Pages

12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 11:30

En clôture du Assises de l'Association des Maires de France, son président Michel Teulet, a remis à Julien Le Glou qui représentait la Municipalité et toute l'équipe du 7 jours à Stains, le trophée du Grand prix de la presse municipale, dans la catégorie "meilleur ligne éditoriale".

Dans une ère ou règne les "boites de com' , notre journal demeure un véritable organe de presse locale et un service public d'information accessible.

 

Un grand bravo pour l'ensemble de l'équipe du journal !

 

625705 560374350650631 1400161143 n

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 14:27

Le Studio Théâtre de Stains est heureux de vous inviter

à la soirée projection rencontre

 

Le Vendredi 12 Avril 2013 à 19H30

 

" Les enfants d’Arna "

 

De Juliano MER KHAMIS

Documentaire Palestine 2004

 

Projection suivie d’une rencontre-débat

animée par  Mohamed Kacimi, auteur et dirigeant de l’association « Ecritures du monde »

 

Une dégustation aux saveurs du Proche-Orient vous sera proposée à l’issue de la rencontre-débat

Entrée libre sur réservation au 01 48 23 06 61

 

Studio Théâtre de Stains

19, rue Carnot

93240 STAINS

Tél : 01 48 23 06 61

Fax : 01 48 22 56 57

www.studiotheatrestains.fr

 

 

image002Arna est une femme extraordinaire, d’origine  juive née dans une famille sioniste, elle a servi en 1948 dans la Palmach (unité de combat de choc de la Hagana). Elle est devenue membre du parti communiste et s'est mariée à un palestinien. Durant la première intifada, elle s'est rendue à Jénine et a établi un système d'éducation alternative après que les forces d'occupation aient fermé les écoles. 

Le film raconte le travail de sa mère Arna pour créer une troupe théâtrale d’enfants à Jénine pendant les années 1980. Sept ans après la mort de sa mère, et suite à la bataille de Jénine, en 2002, Mer-Khamis est retourné à cette ville pour rencontrer et interviewer les enfants (devenus adultes) qui avaient participé à la troupe théâtrale pour découvrir que certains d’entre eux sont devenus des combattants et ont été tués par l’armée israélienne.

Synopsis : Youssef a commis un attentat-suicide en 2001, Ashraf a été abattu par l'armée israélienne en 2002. Alla commandait un groupe de combattants résistants jusqu'à sa mort,

en2003…il  ne reste plus que Zakaria désormais…
Huit ans se sont écoulés depuis la fermeture du théâtre et la vie semble figée et l'image de la jeunesse des gamins se mêle à leur image de jeunes adultes. Alternant passé et présent, le film révèle la tragédie de vies brisées et on mesure la monstrueuse absurdité de cet immense gâchis.

 

 

téléchargementJuliano  Mer-Khamis , fils d’Arna Mer-Khamis, une militante juive israélienne , et Saliba Khamis, chrétien Arabe israélien et l’un des chefs du Parti Communiste Israélien dans les années 1960. Mer-Khamis a été acteur à la télévision israélienne, au cinéma (dans des films israéliens et internationaux)  mais il a aussi joué dans plusieurs pièces de théâtre .Au cinéma,  il apparaît à titre posthume dans le documentaire Would you have sex with an Arab? (2012), tourné peu avant son assassinat et qui lui est dédié.

Mer-Khamis a été nommé pour le prix Ophir du Meilleur Acteur en 2002.

 

En 2003, Mer-Khamis a produit et réalisé, avec Danniel Danniel, son premier film documentaire, Les Enfants d'Arna. En 2006, suite à une campagne internationale de soutien suscitée par son film, Mer-Khamis a ouvert un théâtre communautaire pour les enfants et les adultes de Jénine, appelé « Théâtre de la Liberté » qui est une continuité du travail de sa mère, et il l’a créé en collaboration avec Zakaria Zubeidi, Jonatan Stanczak, militant israélo-suédois, et Dror Feiler,  artiste israélo-suédois. L’objectif de ce théâtre est d’offrir des opportunités aux enfants et aux jeunes du Camp de Réfugiés de Jénine de développer leurs talents, de se connaître soi-même et d’avoir confiance en soi en utilisant un processus créatif comme modèle de changement social.

 

Egalement un militant politique dans le conflit israélo-arabe. Il protesta contre l’occupation israélienne des territoires et contre la construction des colonies israéliennes et il était militant des droits de l’homme des Palestiniens vivant dans les territoires occupés.

Il meurt assassiné par balles à Jenine le 4 avril 2011, à l'âge de 52 ans par un ancien militant palestinien des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa.

 

 

telechargement--2-.jpgHomme de théâtre  il a commencé au théâtre du Soleil. À la demande d’Ariane Mnouchkine, écrire contre la nuit des religions, il avait recueilli à l’époque ce que la poésie et le  soufisme avaient initiés comme rires et révoltes face au dogme et aux interdits en terres d’Islam. Ce fut la création de “ Le vin, le  vent, la vie ” au Lycée Saint Joseph, dans le cadre du Festival d'Avignon 2007.

Depuis, il a tenu à lier tous ses écrits, aussi bien pour le jeune public que pour le théâtre aux problèmes du Monde, aux interrogations de la société. De 1962, qui porte sur la guerre d'Algérie à Terre Sainte qui a pour trame le conflit Israelo-Palestinien, toutes ses pièces sont une tentative d'élucidation des problèmes de société. A ses yeux, le théâtre n'est pas une manière d'accentuer  le tragique du monde, mais de l'élucider, par l'humour.

Par ailleurs, il dirige depuis une dizaine d'années, l'association Ecritures du monde qui s'est donné comme objectif de faire connaitre aux auteurs et metteurs en scène des zones sensibles de la planète. Durant ces années, il a mis en place plus d'une vingtaine de chantier de théâtre, au Maroc, en Algérie, en Syrie, au Liban, en Israël et dans les territoires palestiniens. Toujours avec le même objectif, faire connaître la réalité de ces sociétés en guerre ou en crise, donner la possibilité aux auteurs de connaître l'autre avant de le juger.

Il a été accueilli en résidence d’auteur en 2011 au Studio Théâtre de Stains pour l’écriture du spectacle « Babylon City » mis en scène par Marjorie Nakache.

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 22:00

Un laboratoire d'idées populaires

Habiter-Stains-demain-1-.jpgComment réfléchir collectivement à la qualité de vie dans la ville ? Comment faire de tous les stanois des acteurs et des auteurs de leur ville ? Le Laboratoire International pour l’Habitat Populaire propose à chacun de s’approprier ces questions.

La naissance du Grand Paris, l’intégration de Stains à une échelle métropolitaine, l’arrivée d’infrastructures de transport… doivent permettre de mettre en place des outils efficaces de réflexion pour les citoyens.

La première phase des Ateliers sera l’occasion pour tous les habitants et acteurs stanois de s’interroger ensemble et de renouveler leur regard sur la ville. Ateliers, rencontres, visites, tous les outils seront mis en œuvre pour permettre la participation de chacun.

 

Le premier ATELIER URBAIN

aura lieu le mercredi 10 avril à 19h

à la Maison du Temps Libre

 

Pour en savoir plus, visitez le site du :

Le Laboratoire International pour l'Habitat Populaire 

 

logo_laboratoire_international.jpg

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 10:48

visuel_budget_actu-copie-1.pngC'est réellement la décision prise jeudi soir dernier par le Conseil Municipal de Stains lors du vote du budget 2013 de la commune. Un budget qualifié de "résistance" à l'heure où les politiques d'austérité sont partout présentes, réduisant toujours plus le pouvoir d'achat des ménages et les moyens des collectivités locales, pourtant principales moteur des investissements publics et de cette croissance tant recherchée.

Malgré ces contraintes importantes qui pèsent sur les budgets des communes, la Ville de Stains ne fera pas de coupe dans les services à la population et n'augmentera pas les impôts 2013.

Bien au contraire, face à l'urgence sociale Stains entend bien poursuivre sa politique de solidarité et de développement des services publics locaux.

 

UNE NOUVELLE TARIFICATION SOCIALE

Unique dans les villes de Seine Saint Denis. Entamée à la rentrée 2012 sur les prestations de restauration scolaire et de garderie, la nouvelle tarification sociale qui a déjà permis à 60% des familles de voire leurs factures

baissé. En 2013, elle sera étendue à l'ensemble des prestations municipales, toujours en prenant mieux en compte les revenus des familles pour une plus grande équité sociale.
PLUS 50% de BIO DANS LES CANTINES
Déjà figurant parmi les villes d’Ile de France les plus volontaires pour intégrer l’alimentation biologique dans les menus des restaurants scolaires, en 2013 le Syndicat Intercommunal de Stains-Pierrefitte intégrera 15% de bio dans ses menus.
AUGMENTATION DES PLACES D’ACCEUIL DE LA PETITE ENFANCE
Une augmentation de 10 places d’accueils à la halte jeux du Centre social municipal
13 MILLIONS D'INVESTISSEMENTS
Stains poursuit sa transformation et le développement des équipements publics. C'est ainsi que 2013 verront
commencer les travaux de rénovation du groupe scolaire Victor Hugo/Emile Zola, un programme de haute qualité durable.
C'est également un nouveau Centre Social Municipal, la réhabilitation de l'Eglise, la
construction d’un nouveau centre de loisirs...
Pour plus d'infos rdv sur www.ville-stains.fr
Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 09:50

280313.png« Après notre première expérience « Sur un fil » qui représentait de manière réaliste le quotidien des assistantes sociales dans l’exercice de leur fonction, nous avons voulu poursuiver ce compagnonnage dans un genre plus théâtral.
Nous est donc venue l’idée de transposer les problématiques d’aujourd’hui (femmes victimes de violence, maltraitance des enfants, solitude et exclusion…) dans les contes d’hier : Cendrillon, le petit Chaperon Rouge, Barbe Bleue et Riquet à la Houpe.
Mise à distance que nous espérons drôle et grave, car d’hier à aujourd’hui il était plus d’une fois… »

 

Jeudi 28 mars à 18h
Vendredi 29 mars à 14h et 20h30
Gratuit - Réservation au 01.48.23.06.61

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 11:46

divertimento.pngL’esprit indépendant et la personnalité indomptable de cet homme ont eu sur sa production musicale un impact saisissant. Découvrez le génie de ce compositeur, son langage et ses sources d’inspiration, à travers ses oeuvres phares interprétées par l’Orchestre symphonique Divertimento.

 

DISTRIBUTION :


Orchestre symphonique Divertimento
Zahia Ziouani, direction
Shani Diluka, piano

PROGRAMME :


Concerto n° 5 pour piano et orchestre en mib M, op 13
Symphonie n°7 en la Majeur, op 92

 

 

Mardi 26 mars à 20h
Auditorium Xénakis - Ecole Municipale de Musique et de Danse
6 et 3€ - Gratuit pour les moins de 12ans et élèves de l'EMMD
Réservations au 01.49.71.83.70

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 10:29

IMG_0098.jpg

 

Monsieur le Député-maire honoraire,

Monsieur le Maire,

Mesdames et Messieurs les Elu-e-s,

Messieurs les anciens combattants,

Cher (es) collégiennes et collégiens du collège Joliot-Curie,

Cher (es) professeurs,

Cher (es) ami-e-s,

Mesdames, Messieurs,

 

 

C’est avec beaucoup d’émotion que nous sommes rassemblés aujourd’hui, pour commémorer le 51ème anniversaire du cessez-le-feu officiel en Algérie, qui mit fin à 130 de colonisation et 8 années d’une guerre sanglante. De 1954 à 1962, la guerre d’Algérie a fait de nombreuses victimes, civiles et militaires, Algériennes et Françaises.

 

En ce 19 mars 2013, cette cérémonie a un goût particulier. Depuis longtemps déjà à Stains nous commémorons cette date, avec l’ensemble des Stanois et les anciens combattants. Mais aujourd’hui et pour la première fois, nous célébrons une date reconnue nationalement comme la journée officielle de Souvenir et de Recueillement, en mémoire des victimes, militaires et civiles, françaises et algériennes de cette terrible guerre.

 

Pendant trop longtemps l’Etat français a nié la réalité, refusant de parler de guerre d’Algérie, préférant évoquer des événements, des opérations de maintien de l’ordre, des opérations de maintien de la paix civile, tant de mots pour dissimuler aux yeux des Français ce qui n’était alors rien d’autre qu’une terrible guerre.

 

 Il faut attendre le 18 octobre 1999, pour que l’Assemblée Nationale Française reconnaisse officiellement, qu’il s’agissait bien d’une guerre  ne pouvant porter d’autre nom. Même si ce fut un soulagement et une victoire, cette simple reconnaissance était loin d’être suffisante pour ceux qui avaient été marqué dans leur histoire personnelle, dans leurs familles et dans leur chair par cette terrible tragédie.

 

L’année dernière, nous étions rassemblés, pour célébrer le 50ème anniversaire de la fin de  la Guerre, mais aussi pour exiger la fin d’une injustice historique. Aujourd’hui, un nouveau pas a été franchi pour la reconnaissance et l’acceptation de ce passé tumultueux.

 

Si  cela survient très tard,  c’est une victoire que nous pouvons célébrer. Le 6 décembre 2012, le président de la République promulguait la loi officialisant la date anniversaire du cessez le feu de la Guerre d’Algérie.

 

Enfin, la date du 19 Mars appartient à l’Histoire de tous les Français. Une journée pour se recueillir et se souvenir.

 

Se souvenir de ces 2 millions de Français de Métropole mobilisés en Algérie. Il convient de préciser que beaucoup d’entre eux ont répondu à un appel de la République, pensant remplir leur devoir de citoyen.

 

Ne pas oublier ces 25 000 Français de métropole tombés en Algérie. Parmi eux, 4 stanois, fauchés dans leur jeunesse.

Se souvenir de ces combattants Algériens, engagés dans l’Armé de Libération Nationale, qui aspiraient après un siècle de domination coloniale, au plus fondamental des droits humains : la liberté.

 

Garder en mémoire le million de civils algériens morts dans ce conflit.

 

Se souvenir des milliers de Harkis, volontaires ou forcés, confiants en cette République Française qui a fini par les oublier.

 

Ne pas occulter la souffrance des pieds-noirs, car même si leur installation sur les terres d’Algérie est le résultat d’une politique coloniale condamnable, nous ne pouvons nier la douleur et le sentiment de déchirement qui a pu habiter ceux qui ont été contraints d’abandonner leur foyer, leurs biens, leur rêves d’avenirs, leur morts enterrés sur une terre qu’ils considéraient comme la leur.

 

Aussi différents qu’ils soient, tous les acteurs de cette guerre sont les victimes de la politique coloniale de l’époque.

 

L’entreprise coloniale, dissimulée sous le doux nom d’entreprise civilisatrice, présentée comme génératrice de développement économique et social, a  consisté en une  spoliation systématique des biens et des terres, à la négation des droits fondamentaux  des peuples, engendrant un siècle et demi plus tard une guerre  qui marquera profondément plusieurs générations de Français et d’Algérien. 

 

L’Empire Colonial Français était célébré comme le symbole de la grandeur de la France, alors que la Nation France n’est jamais plus grande que lorsqu’elle exalte le droit de chaque être humain, de chaque peuple à être libre et maître de son destin.

C’est cette France, éprise de paix, de liberté, de fraternité que nous aimons, celle que nous voulons pour nos enfants. Mais la sagesse ne découle pas de l’oubli ou de l’occultation. C’est le résultat d’un processus qui nécessite que l’on retienne les leçons des erreurs passées. Il est impératif d’enseigner cela aux jeunes générations, d’en tirer toutes les conséquences pour que l’histoire ne se répète pas.

 

Pour que la France et l’Algérie puisse continuer  leur chemin, pour que nos peuple puissent sereinement se tourner vers l’avenir

La Mémoire et l’acceptation de notre passé commun est la condition qui permettra à nos deux peuples, Français et Algérien, de construire une relation de confiance, dans laquelle les mots d’ordre seront le respect, la tolérance et la fraternité.

      Je vous remercie.

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 14:40

images.jpg

 

Monsieur le Président de la Fédération,

Monsieur le député,

Monsieur l'adjoint au Maire,

Mesdames et Messieurs les élus

Cher(e) ami(e)s  

 

C’est un très grand plaisir de me retrouver parmi vous aujourd’hui pour cette importante initiative de la Fédération des Associations de Figuig, rencontre des migrants de Figuig en lien avec le développement de leur région d’origine. J’en suis heureux à double titre :

 

D’une part, en tant qu’élu chargé de la coopération décentralisée à Stains, qui a signé un protocole de coopération avec Figuig en 2002 en complémentarité des actions engagées avec le département de Seine Saint-Denis.


Et d’autre part, en tant que  Vice-Président de ce département, qui lui aussi a engagé en 2000 un partenariat  de coopération avec Figuig.

 

Les domaines d’intervention de la coopération établis entre Stains et Figuig sont divers : la promotion de la citoyenneté, la Culture de la Paix, la Démocratie sociale, le Patrimoine, l'environnement, la Jeunesse, la santé...


Et, à travers des échanges culturels, sportifs, économiques, l’accueil de stagiaires, le tourisme social et culturel, la valorisation du patrimoine, des ressources de Figuig, etc., nous avons construit ensemble des actions, des projets mais toujours en fonction de valeurs partagées, en fonction des attentes et des réalités locales.  

 

Vous le savez, nous pouvons dire sans démagogie et sans prétention que la coopération a finalement une fonction politique, sociale, culturelle. Et en tous les cas dans ce cadre, nous contribuons, même modestement, à changer le cours des choses, à ouvrir nos territoires sur le monde et à « guider » nos populations respectives vers l’appropriation et la maîtrise de leurs destinées à travers les réflexions que nous engageons ensemble sur la mondialisation, la marchandisation, la fraternité, le partage et le devenir de l’Humanité.

 

Notre coopération avec Figuig porte à son actif plus de 10 ans de partenariat. C’est à la fois peu et beaucoup. Peu, car c’est un partenariat construit dans la durée et il nécessite énormément de temps pour cette construction, pour développer et réaliser des projets utiles et nécessaires au bien-être de toute une population. Et c’est déjà beaucoup, car en conjuguant nos efforts, nous avons pu avancer pour poser les premières pierres de l’édifice de notre coopération.


C’est un long chemin parcouru et nous voulons le poursuivre ensemble car, je le crois, nous partageons les mêmes valeurs, les mêmes luttes, les mêmes combats au bénéfice de nos concitoyens.


Je ne vais pas vous lister ici toutes les actions et projets que nous avons menés ensemble mais pour illustrer le travail accompli et à titre d’exemples, j’évoquerai quelques projets et initiatives phare qui ont été réalisées :

Tout d’abord et dès 2003, la ville de Stains a été, je crois, la première ville de France à mettre en place et à pérenniser « la semaine de la coopération » avec l’ensemble de ses partenaires, autours de thématiques de réflexion choisies en commun, autour de pistes de travail ou de propositions de projets à concrétiser ensemble.


A la semaine de la coopération réalisée tous les 3 ans, nous avons également instauré  la réalisation des rencontres internationales des femmes tous les 2 ans. C’est dire qu’au-delà du partenariat bilatéral, un partenariat multilatéral s’est installé, créant ainsi un réseau des villes de la coopération de Stains.


Pour la première semaine de coopération réalisée à Stains en 2003, tous nos partenaires étaient présents y compris les représentants de Figuig et dès 2006, nous avons réalisé la 2ème semaine de coopération à Figuig même, sur la thématique « des droits de l’enfant, futur citoyen du monde » qui a eu pour résultats l’élaboration d’un « programme de promotion des Droits de l’Enfant pour et par les enfants » que nous continuons à concrétiser pas à pas dans chacune des villes partenaires.


Nous en sommes aujourd’hui à la 3ème semaine de coopération et à la 4ème rencontre internationale des femmes. Mais directement avec Figuig, je vous le disais, quelques exemples phare pour illustrer le chemin parcouru.  

Dans le domaine de l’enfance/jeunesse, plusieurs projets d’envergure ont mobilisé nos collectivités, nos services et de multiples partenariats :


2004 - Echanges de jeunes entre Figuig, le service municipal de la jeunesse et le centre social municipal de Stains.

 

2006 - Echanges entre les collèges  Ennahda de Figuig  et Pablo Neruda de Stains  sur la thématique de la découverte du patrimoine architectural et culturel de Stains et de Figuig avec la mise en place d’ateliers coopération, mathématiques … et échanges d’expérience entre les professeurs

 

Accueil de 2 artisans forgerons de Figuig dans le cadre d’un projet de reproduction d’un briquet mérovingien, en partenariat avec l’association Franciade. Ces forgerons ont participé à la Fête de la ville de Saint-Denis au village des artisans.

Accueil également de 2 agents communaux pour un échange d’expérience avec les agents de Stains.


2007 et 2008 - 2 chantiers d’insertion et d’éco-construction à Stains et à Figuig  pour la rénovation de la muraille de la place de l’Ajdir, en partenariat avec l’association Crysalis-Formation, la DDTEFP, l’ANPE, les missions locales, le service RMI du CG93.

 

2007 – c’est également et je ne peux pas l'oublier, un partenariat Aubervilliers/Stains dans le cadre d’un formidable projet européen autour des pratiques amateurs de musique et de danses entre jeunes et adolescents de Figuig (Maroc), de Iéna (Allemagne), de Beit-Jala (Palestine) et de jeunes français d’Aubervilliers et de Stains.

 

2009 – Sur la thématique du handicap, une délégation municipale s’est rendue à Figuig avec des représentants de la Résidence des 3 Rivières de Stains (foyer de jeunes travailleurs porteurs de handicap) pour faire un diagnostic des besoins pour les personnes handicapées et envisager une programmation de formation pour 2 stagiaires de l’association des handicapés de Figuig   

 

2010 – Accueil des 2 stagiaires à Stains pour deux modules de formation au GERFI (Groupement d’Etudes Recherches et Formation Innovation) sur les  maladies mentales et le handicap et l’immersion dans différents ESAT (établissement et service d’aide par le Travail),  de la région parisienne avec des rencontres/échanges avec les professionnels.
 

 

2010 – c’est également notre participation au 7ème  Festival Carnet de voyage du Maroc –avec l’accueil d’une délégation municipale de Figuig conduite par son maire, M. Amar ABBOU : un festival organisé en partenariat avec les villes de  Sevran, Clichy sous Bois et Villepinte
 

 

2012/2013 – Pour finir je voudrais également citer un projet d’échanges entre adolescents de Stains et de Figuig, le projet « école d’ici et d’ailleurs » qui continue cette année avec l’accueil de jeunes Figuiguis à Stains en avril prochain après que de jeunes stanois se soient rendus à Figuig en juillet dernier.

 

Mesdames et Messieurs, je vous le disais en introduction, la coopération a de multiples fonctions y compris celle d’être un levier pour faire réagir et impliquer des organismes, des institutions qui ont la responsabilité et les moyens de soutenir et de cofinancer nos projets.

Nous allons poursuivre et conjuguer nos  efforts pour avancer encore plus et encore mieux dans l’élaboration et la réalisation de nos projets, faire un bilan partagé, construire une nouvelle planification et déterminer les priorités, réfléchir ensemble à un plan d’action au bénéfice de la population, de la démocratie, de la citoyenneté.


Permettez-moi, pour finir de saluer et de remercier toutes les collectivités, leurs services, leurs agents, tous les partenaires que nous sollicitons et qui nous sollicitent, les associations et particulièrement aujourd’hui la Fédération des Associations de Figuig, qui tous contribuent à faire de la coopération une coopération des peuples au service des citoyens.

Permettez-moi également d’assurer Figuig de notre amitié, de celle de la municipalité et de tous les stanois.


Merci de votre attention.

 

index-copie-2.jpg

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 11:19

Depuis de nombreuses années, la Municipalité est attachée à la défense des droits de tout 26 63 13-FLYER-DISCRIMINATIun chacun, à la promotion du vivre-ensemble et à la préservation des liens sociaux. Un tel attachement amène à lutter contre tout ce qui pourrait mettre à mal la cohésion sociale ou l’accès aux droits pour tous.

Cette année, la semaine de Lutte Contre les Discrimination, qui se déroulera du 18 au 22 mars 2013 sera l’occasion de mettre en lumière l’un des 18 critères discriminants puni par la loi : le racisme.

Au travers d’exposition, de ciné-débat, d’émissions de radio, que vous soyez petit ou grand, jeune ou adulte, venez donner votre avis, participer aux échanges, apprendre avec nous à combattre le racisme, et participons ainsi à défendre ensemble les droits et la dignité de chacun.

 

 

 

index-copie-3Edito de Farida AOUDIA-AMMI,

 

Conseillère municipale,

déléguée à l'intégration des personnes handicapées

et à la lutte contre les discriminations.

Depuis de nombreuses années, la Municipalité est attachée à la défense des droits de tout un chacun, à la promotion
du vivre-ensemble et à la préservation des liens sociaux. Un tel attachement amène à lutter contre tout ce qui pourrait mettre à mal la cohésion sociale ou l’accès aux droits pour tous.
Cette année, la semaine de Lutte Contre les Discrimination, qui se déroulera du 18 au 22 mars 2013 sera l’occasion de mettre en lumière l’un des 18 critères discriminants puni par la loi: le racisme.
Les comportements, actes et paroles racistes ont existé de tout temps. Même si rien ne les justifie, nous observons que le chômage de masse et la crise accentuent l’expression de ces comportements. Ils se manifestent malheureusement de plus en plus librement, y compris au sein de nos élites politiques ou médiatiques.
Les actes et paroles racistes sont liés à une méconnaissance des autres cultures, à une peur déraisonnée et un rejet de l’autre. Longtemps dans l’imaginaire, les victimes du racisme étaient les étrangers, les immigrés, ceux qui venaient d’ailleurs. Aujourd’hui, si l’étranger, le Rom, le sans-papier sont toujours pointés du doigt, c’est aussi le cas de certaines catégories de Français à part entière, qui voient leur appartenance à la communauté des citoyens niée du fait d’une origine ou d’une appartenance religieuse réelles ou supposées. Cela nous oblige à être toujours plus vigilants, à continuer le travail de sensibilisation, d’éducation, mais aussi condamner et sanctionner quand cela est nécessaire. Car en plus d’être illégal et puni par la loi, le racisme est aussi facteur de souffrance et de mal-être chez les victimes.

La ville de Stains, par ses actions quotidiennes, lutte contre toutes les formes de discriminations et organise chaque année, la semaine d’éducation et d’action contre le racisme et les discriminations.
Au travers d’exposition, de ciné-débat, d’émissions de radio, que vous soyez petit ou grand, jeune ou adulte, venez donner votre avis, participer aux échanges, apprendre avec nous à combattre le racisme, et participons ainsi à défendre ensemble les droits et la dignité de chacun.

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 13:29
Azzedine-.jpg
Comme chaque année à quinze jours de la trève hivernale des expulsions locatives sans relogement, j'ai participé vendredi matin, avec une délégation de Stanois(es) et d'élus de notre ville (Le Maire, Michel Beaumale et Karina kelner, Adjointe au Maire en charge de l'Action sociale et de la solidarité) au rassemblement contre les expulsions locatives qui a eu lieu devant le Ministère du Logement.
Les expulsions locatives vont reprendre, jetant des milliers de personnes à la rue, sans solution de relogement.
J'en appelle à la mobilisation de tous les Stanois(es), pour le droit au logement pour tous, pour mettre fin aux expulsions qui est une pratique moyenâgeuse, intolérable et indigne pour de nombreuses familles stanois(es).

En l'absence de Cécile Duflot, Ministre du Logement, une délégation a été reçu par son directeur de cabinet, pour éxiger l'arrêt immédiate des expulsions locatives sans relogement.
A 12h30... les 25 maires ont tenu un point de presse après leur rencontre. Même si l'écoute du directeur de Cabinet fut attentive ainsi que l'annonce faite d'une réforme des modes de préventions des expulsions dans le futur projet de loi sur le logement, il nous faut RESTER PLUS QUE JAMAIS MOBILISES POUR INTERDIRE LES EXPULSIONS LOCATIVES et oeuvrer pour le droit au logement pour toutes et tous et pour éxiger un moratoire sur les expulsions ainsi que la création d'un fonds des impayés...

20130315_130351.jpg
Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article