Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azzédine TAIBI
  • Azzédine TAIBI
  • : Bienvenue sur mon blog. Il vous rendra compte de mon action et de mon engagement en tant qu'élu à la Mairie de Stains et au Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Il vous informera de mes prises de position et des combats politiques que je mène au quotidien avec et pour les citoyens. Ce blog est aussi l'occasion de recueillir vos remarques et vos propositions pour construire une alternative politique. Alors sans plus tarder, bonne visite et à très bientôt !
  • Contact

Archives

Liste D'articles

Pages

11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 19:23

Article paru dans le site du SNUIPP 93

 

P1030705.jpg1 enseignant des écoles sur deux en grève, un millier de manifestants au ministère

Le ministère a refusé de recevoir une délégation intersyndicale.

Forte mobilisation des enseignants de Seine-Saint-Denis ce matin. Près d’un enseignant sur deux en grève ce jeudi matin 11 octobre, et entre 900 et 1000 au ministère.

Ce gouvernement, qui fait de l’école primaire sa priorité et affirme remettre le dialogue social au cœur de son action, commet une grave erreur en ne recevant pas les enseignants de Seine-Saint-Denis.

Suite aux négociations déjà engagées, l’intersyndicale 93 SNUipp- FSU, SE-UNSA, CGT éduc’action souhaitait entendre le gouvernement s’engager sur un calendrier de négociations pour une création massive de postes.

Ne pas écouter les enseignants du 93, qui chaque jour prennent en charge les élèves des milieux les plus affectés par la crise, est une faute particulièrement grave le jour où le ministre fait des annonces sur la refondation de l’école.

Lors des premières négociations

Nous n’avions pas obtenu l’ouverture d’un concours externe et exceptionnel organisé maintenant en application de l’article 9 du décret relatif au corps des professeurs des écoles qui aurait permis d’avoir des PES supplémentaires dès maintenant dans les écoles. Le gouvernement reconnaissait l’urgence de recruter immédiatement des personnels pour faire face aux problèmes de remplacement .

Nous avions obtenu

  • la transformation en contrat de longue durée, jusqu’au 31 août 2013 , des contrats de 4 semaines initialement proposés aux personnels recrutés.
  • la création d’un groupe de travail pour suivre l’évolution des besoins et des recrutements
Aujourd’hui nous demandions une audience pour que le gouvernement s’engage sur des négociations portant sur :
  • un plan pluri annuel d’attribution d’emplois au département (pré-recrutements, recrutements, développement)
  • un plan de titularisation selon des modalités spécifiques pour les personnels contractuels recrutés pour cette année.

Le SNUipp FSU 93 poursuivra la démarche initiée en intersyndicale.

P1030702.jpg

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans DEMARCHES CITOYENNES
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 10:52

l equipeJe vous invite à lire l'article de Sofien Murat (journaliste à Reporter citoyen), retraçant la belle aventure vécue cet été par six jeunes stanois, qui ont participé à un chantier international dans le cadre des actions de coopération et de jeunesse de la ville de Stains et organisé en partenariat avec l'association Santé Sidi El Houari (SDH).

 

Six Stanois – Marianne, Farouk, Kandé, Nordine, Khalifa, et Mahmé - sont partis à Oran, en Algérie, pour participer à un chantier international organisé par l’association Santé Sidi El Houari, plus communément appelé « SDH ». En compagnie d'Oranais et de Bordelais, les jeunes Stanois avaient pour mission de participer à la rénovation d’un ancien hôpital militaire français du 19e siècle.

 

« L'idée, c'est d’organiser des échanges universels, à l'image de ce que prouve l'histoire de l’Algérie », explique Belmeloufi Haoues, le directeur de l’Ecole-Chantier, SDH. C'est dans les locaux du vieil hôpital militaire que les six Stanois, accompagnés par Rochdi Haoues, Animateur projet et citoyenneté  au service Municipal de la jeunesse, ont durant quinze jours participé à divers ateliers de rénovation et d'activités culturelles.

 

Au programme, réveil à 8 heures tous les jours. Non sans quelques difficultés, mais Rochdi veillait à ce que tout le monde soit debout. Petit déjeuner, puis chaque participant se rend à des ateliers techniques : maçonnerie, ferronnerie, scierie… Repas à 13 heures. L'après-midi, ateliers culturels pour tous : musique, théâtre et cuisine.

 

« Il s'agit de partager une expérience commune en réhabilitant un vieil hôpital militaire français », explique Rochdi. Un chantier international important à ses yeux puisqu'il se déroule en Algérie, son pays d’origine. Il veut contribuer à donner aux jeunes Français une autre image de ce pays que celle offerte dans  « les médias de masse ».

 

Khalifa va dans ce sens. Ce sportif stanois de 20 ans se montre surpris par l’accueil des Oranais : « Ils nous ont accueillis comme s'ils nous connaissaient depuis longtemps ». « On a construit un mur de séparation, mais c'était dur », renchérit Farouk, 23 ans. Pour ce jeune en recherche professionnelle, l'atelier aura aussi servi d'apprentissage : « C’est bien, j’ai appris à mélanger sable et eau pour faire du ciment. »

 

Si le travail était de rigueur, ils ont aussi pu aussi décompresser et profiter de la ville, avec une sortie à la plage, ainsi que de nombreuses visites prévues par les organisateurs, par exemple à Tlemcen et à Mostaganem. L'un des moments les plus forts du voyage fut sans conteste la visite du musée de la torture à Sidi Ali (Cayenne sous son nom colonial), commune de la willaya de Mostaganem.

 

« Voici l’histoire de la bêtise humaine à l’état pur, voici notre Cayenne à nous », a expliqué Ali, le guide du musée, devant un public attentif. Les jeunes ont ainsi pu découvrir les différentes salles de tortures mises en place par l’armée française durant la guerre d’Algérie. A la sortie, Bordelais comme Stanois sont sous le choc. Mahmé, un jeune du Clos-Saint-Lazare, regrette « qu’on nous apprenne autre chose en France. Ils se sont battus et ont subi la torture : c’est grave que la France ne reconnaisse pas cela ». Khalifa, qui partage le même constat, se sent manipulé par les médias du fait qu'ils passent sous silence ces atrocités.

 

Vendredi 20 juillet, premier jour de ramadan en Algérie : sous un soleil de plomb, les Stanois en profitent pour faire la grasse matinée. Le temps pour eux de dresser un bilan de cette aventure oranaise. Khalifa reconnaît s’être senti « en famille » et éprouve la fierté du devoir accompli : « Tu te sens utile, car c'est propre derrière toi ». Mahmé estime avoir dépassé les préjugés sur le pays : « Je suis venu, j’ai vu ». Avant de suggérer : « Venez, et vous verrez ! » Kandé, étudiant de 18 ans et benjamin du groupe, est surpris par l’histoire de l’Algérie qu’il ne connaissait pas : « C’est un pays très fier de lui depuis son indépendance ».

 

Une belle aventure également partagée par Marianne, la seule fille du groupe. Cette bénéficiaire du Contrat Local Etudiant de 23 ans se souviendra longtemps de cette expérience.

Très croyante, et impliquée à l’église de Stains auprès de sa communauté, elle a profité du dimanche pour se rendre à l’une des trois églises d’Oran encore en activité. « Tout le monde a fait le nécessaire au sein de SDH  pour que je puisse aller prier, se réjouit-elle. Je m’attendais à un petit local en pays d’islam, alors que c'est un bâtiment énorme ! ». Elle a apprécié la diversité des croyants rencontrés : « J’ai vu un Ghanéen, d'autres du cap Vert et du Burundi, des Camerounais… ». Tout cela avant de bavarder avec le prêtre, qui « m’a même raccompagnée », sourit l’étudiante.

 

Une aventure belle mais aussi éprouvante pour Rochdi, le responsable du groupe et pour tout le staff de jeunes bénévoles oranais qui se félicitent de l’expérience qu’ont pu vivre les Stanois et les jeunes bordelais durant quinze jours. Cela a permis au groupe de « prendre conscience que, malgré nos différences, on peut vivre ensemble ». Il reconnaît la valeur positive de ce chantier et l’excellent travail que  mène SDH : « S’engager, c’est être acteur de sa propre vie ». Et termine sur un message d’amitié envers l’Algérie : « En venant ici, les jeunes étaient des ambassadeurs de Stains ; en partant, ils seront des ambassadeurs de l’Algérie car ils ont appris la définition de “arhi” : rien d’autre que “frère de vie”, partageant les joies mais aussi la souffrance passée. » Un message de paix et d’amitié envers un pays encore méconnu.

 

Sofien Murat

Reporter citoyen  et membre de la Délégation Stanoise

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans DEMARCHES CITOYENNES
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 11:58

Le Centre Hospitalier de Saint Denis est frappé par 2,8 millions d’euros de coupes budgétaires supplémentaires décidées par l’Agence Régionale de Santé (ARS). Résultat 40 suppressions de postes sont envisagées par la direction pour arriver à un équilibre budgétaire.

J'ai signé la pétition et je vous propose donc de la signer et de la faire signer autour de vous, pour réussir tous ensemble à revenir sur ces coupes budgétaires qui mettent à mal la santé publique de tous.

 

Le Centre Hospitalier de Saint Denis est l’hôpital le plus durement pénalisé par l’Agence Régionale de Santé dans toute l’Ile de France, alors qu’il assume déjà seul le financement des trois-quarts de sa reconstruction et de sa modernisation.

 

C’est inacceptable alors que le Centre Hospitalier de Saint Denis ne cesse de développer son activité au service de la population et que la plupart des services travaillent déjà en sous-effectif chronique.

 

Ces coupes se rajoutent aux baisses de moyens amenées par la réforme de l’Aide Médicale d’Etat en 2011 alors que le nombre des patients les plus précaires a augmenté de plus de 20 % en trois ans.

 

LA QUALITÉ DES SOINS DISPENSÉS EST MENACÉE ! QUEL AVENIR POUR VOTRE SANTÉ ?

 

Monsieur le Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé :


- Nous refusons que l'hôpital public soit encore affaibli.

- Nous vous demandons de revenir sur les amputations de crédits infligées à notre hôpital.

- Il faut débloquer les financements nécessaires au fonctionnement de l’hôpital pour qu’il reste au service de tous

 

Réduira-t-on les inégalités sociales et territoriales de santé en affaiblissant les hôpitaux les plus engagés pour l’accès aux soins de tous ?

 

IL EN VA DE LA SANTÉ DE TOUTES ET TOUS !!!

 

Premiers signataires : Didier Paillard, maire de Saint-Denis, Virginie le Torrec, maire-adjointe à la santé, intersyndicale du CHSD (CGT, CFDT, FO, SUD), Collectif santé de Saint-Denis…

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans DEMARCHES CITOYENNES
commenter cet article
25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 10:45

2012-06-flyer-resf-fete-30-juin m

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans DEMARCHES CITOYENNES
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 21:22

Sofien Murat est un jeune stanois, étudiant et journaliste à Reporter citoyen. Il vient de publier un article très intéressant  sur les questions liées à la santé, dans le journal "Paroles des sans voix". Bonne lecture.

illustration-Jul-2-628x506.jpgUne mutuelle pour tous

À Nancy, un collectif a négocié avec des mutuelles une couverture santé accessible aux plus démunis. Ceux-ci ont participé à toutes les étapes du projet, depuis la définition des besoins jusqu’à la campagne de sensibilisation.

 

«Si je n’étais pas venu ici, je n’aurais jamais appris que j’avais droit au 100 %… et je ne serais peut-être plus là ! » Roger Schneider, 48 ans, bénéficiaire du RSA, était en fin de droit à la CMU (couverture maladie universelle) quand il a appris qu’il était atteint de l’hépatite C. Il a donc commencé par s’endetter pour pouvoir prendre en charge les frais médicaux nécessaires face à sa maladie.

 

Difficile aujourd’hui de se soigner quand on ne possède pas de mutuelle, et encore moins la CMU. Depuis la mise en place du RSA activité (pour les personnes qui ont des revenus d’activité assez bas), de nombreuses personnes ne peuvent bénéficier de la CMU complémentaire faute de remplir les conditions nécessaires. C’est dans ce cadre qu’ATD Quart Monde, la Ville de Nancy (avec le réseau Santé-Précarités) et la Fnars (Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale) Lorraine ont réfléchi ensemble sur les moyens pouvant garantir à tous l’accès à une bonne santé.

 

« Nous sommes partis du constat que les gens ne se retrouvent pas dans les mutuelles, les garanties et le montant des cotisations », explique Chantal Sibué-De Caigny, responsable du groupe santé en Lorraine. « Il y a de plus en plus de papiers à fournir pour prétendre à la moindre aide. Ces démarches sont très compliquées pour ceux qui n’ont plus rien », renchérit Brigitte Casucci, qui travaille dans un CHRS (Centre d’hébergement et de réinsertion sociale) de Nancy. Le petit groupe a alors fait appel à l’Institut de Commerce de Nancy : « Un étudiant bénévole s’est mis à disposition des militants pour négocier un contrat avec les organismes de couverture santé existants à partir d’un panier de biens », raconte Chantal.

 

Solidarité avec les démunis

Et ce panier a été défini avec les personnes concernées. « Nous avons réfléchi aux besoins essentiels », explique Micheline Adobati, femme-relais et militante du projet. Par exemple, le droit aux obsèques : « De nombreuses familles connaissent aujourd’hui des difficultés pour payer une mort digne à leurs proches, et c’est une cause de surendettement », poursuit cette femme engagée.

 

En 2010, un appel d’offres peut donc être lancé. En février 2011, après diverses négociations, deux mutuelles, Acoris et la SMI, acceptent de se lancer dans le projet. « Nous nous sommes regroupés en collectif d’associations pour négocier un tarif de groupe, mais chacun est responsable de son adhésion personnelle à la mutuelle », précise Chantal. Et d’exhiber une brochure réalisée par l’association qui récapitule tous les soins pris en charge : médicaments, dentaires, frais d’hospitalisations… Pour une trentaine d’euros par mois (50 pour les personnes âgées), il est ainsi possible de bien se soigner. « On a imaginé toutes les situations », estime Gracieuse Souvay-Philippe, retraitée et militante du collectif.

 

C’est aussi un beau travail de solidarité envers les plus démunis, « Ce qui nous arrive, on n’aimerait pas que ça arrive aux autres », prévient Micheline. D’où la nécessité de venir en aide à ceux qui en ont le plus besoin.

 

« C’est une vraie réussite, ce qu’ils ont fait ! », conclut Julia Vanmassenhove, assistante sociale venue de Dunkerque pour mieux comprendre le fonctionnement de la mutuelle. « Et cela me motive pour monter là-bas quelque chose de similaire. » L’initiative pourrait-elle faire tâche d’huile ?

 

Sofien Murat

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans DEMARCHES CITOYENNES
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 14:19

aff_chantiers_creatifs_2012.jpgAntigone d'après l'oeuvre de Jean Anouilh
Adaptation et mise en scène Khalid Zaouche
Avec Farida Ouchani, Anissa Abdellatif, Stéphane Gallet et Khalid Zaouche

"C'est bon pour les hommes de croire aux idées et de mourir pour elles"
Farida Ouchani incarnera Créon; le parti pris de faire jouer ce rôle par une femme est de faire jouer ce rôle par une femme est de faire un parallèle avec toute "les femmes de pouvoir" (madame Merkel...) La mise en scène au décor minimaliste sera axée sur le jeu des comédiens, sur leurs interactions, leurs expressions.

On éteint...On est un

Par la compagnie Censure

Chorégraphie: Fabienne Hamel

Danseurs: Thibault Colomb, Sabine Gautrain, Mathieu Morel, Sarah Sottocasa
Guest: Crazy Crew
Light painter: Konte Rast
Photographe: G&B Project

Quand l'image se mêle à la danse... Quand la danse devient lumière...
MOUVEMENT/IMMOBILE - OMBRE/ LUMIERE - IDENTITE/ MEUTE

Eblouie par le groupe , elle en trouvera son propre éclat...
On éteint pour mieux voir. On est un pour mieux se voir.

La très excellente et très pitoyable tragédie
de Roméo et Juliette de William Shakespeare

Création du Collectif ExEchos

Avec Pierre Boucher, Lucile Chevalier, Adrien Debré, Hélène Delfine, Marine Le Bonnois et Jean-Charles Zambo

6 acteurs et1 musicien investissent le plateau pour ne jamais le quitter.
Passeurs, ils racontent l'histoire autant qu'ils la jouent: naissance d'un amour passionné entre deux très jeunes amants, Roméo et Juliette contrarié par la lutte de deux familles nourries d'une haine insatiable. ils sont le jouiet incontestable de la fortune.

La bidone calzone malinconico ti posto macchina

Création de la troupe "Les Shémoi"


Avec Reda Bouchekr, Djoudi Dendoune et Kahlid Harhouz

Le théâtre miroir de la société. Jouer n'est pas un jeu. Pourtant nous jouons la comédie. Laissez derrière vous vos tracas pour pénétrer dans un monde où la raison laisse la place à la passion, où le questionnement devient invention et où le sérieux se mêle à l'absurde. Bouleversez les clichés préétablis en les asseyant sur le siège du rassemblement, le siège d'une bonne vieille salle de théâtre.

 

Du 05 au 14 avril 2012:

Roméo et Juliette
Le jeudi 5 avril à 20h30 ; le vendredi13 avril à 19h et le samedi14 avril à 20h30


On éteint on est un
Le vendredi 6 avril à 19h ; le samedi 7 avril à 20h30 et le jeudi 12 avril à 19h


La bidone calzone...
Le vendredi 6 avril à 20h30; le jeudi 12 avril à 20h30 et le samedi 14 avril à 19h


Antigone
Le samedi 7 avril à 19h ; le jeudi 12 avril à 19h et le vendredi 13 avril à 20h30

Contacts
Réservation obligatoire au 01 48 23 06 61

TARIF UNIQUE: 5€
Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans DEMARCHES CITOYENNES
commenter cet article
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 22:47

Voici un bref résumé de la réunion du CLIC qui s'est réunie jeudi 12 novembre dernier. Près de 30 personnes ont répondu une nouvelle fois ou pour la première fois à mon invitation.

A l’ordre du jour nous avons abordé différents points : l’activité et la vie au sein du CLIC, l’implication des membres, un point sur mon activité d’élu, un échange a porté sur la réforme des collectivités locales annoncée par le Président Sarkozy, avec le risque de voir disparaitre les départements. Un échange a eu lieu sur la nouvelle lettre du Conseil général  et sa diffusion citoyenne et militante, et pour finir, un point sur l’organisation du prochain conseil de canton du 9 décembre.

L’échange fut très riche, beaucoup ont pris la parole, pour exprimer leurs craintes de voir disparaitre les départements. Sur ce point, j’ai exprimé mon inquiètude et mon refus d'acce pter une telle décision.

J'ai apporté des précisions concrètes sur ce réel risque, à savoir la suppression d’actions et de mesures importantes menées par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis en faveur des Stanois.

 A titre d'exemple, si la compétence de clause générale était remise en cause, les subventions et les cofinancements apportés par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis n’existeront plus dans des domaines aussi importants que la Culture, les Sports, la santé ou bien l’environnement…

A Stains, grâce aussi à mon action, le Conseil général participe fortement à la réalisation de plusieurs projets : la Fabrique du Studio théâtre, le nouveau terrain synthétique de la Plaine Delaune, la nouvelle maison du temps libre, l’extension prévue du parc départemental, l’aide apportée au logement social dans le cadre de la rénovation urbaine des quartiers du Clos Saint Lazare et de la cité-jardins...

D’autres exemples existent et montrent bien que cette décision politique est inacceptable car elle impacterait considérablement sur la vie quotidienne des Stanois. Beaucoup des participants présents ont proposé de réfléchir sur la manière dont nous pourrions communiquer, mettre en débat et sensibiliser la population sur ce sujet. Des idées très intéressantes ont été proposées, une affaire à suivre !

Ensuite, j’ai présenté globalement mon action à Stains et au Conseil général (la mise en place du dispositif + citoyen en direction des jeunes, l’installation officielle du Forum des jeunes de la Seine-Saint-Denis, le projet sport et handicap…)

Par souci de transparence, j’ai aussi évoqué les difficultés rencontrées au sein de la majorité Départementale.

Autre point abordé, la préparation du prochain conseil de canton, beaucoup de propositions ont été faites, tant sur l’animation et la forme de la soirée que sur le contenu du débat à construire avec les citoyens.

Tout le monde partageait l’idée de privilégier l’aspect dynamique et convivial et faire de cette soirée, un moment d’échange et de propositions d’actions collectives en lien étroit avec les Stanois.

Après plus d’une heure trente de réunion, il n’était pas question de se quitter sans lever le verre de l’amitié et savourer quelques mets délicieux concoctés par les membres du CLIC.

Je tiens à les remercier et j’ai pu, une fois de plus, mesurer leur implication, leur envie de s’investir pour l’intérêt des Stanois, de prendre toute leur place dans le débat politique et dans le combat pour le droit et la justice sociale. Ensemble, continuons à construire une autre manière de faire de la politique.

A bientôt. Azzédine

 

Repost 0
Published by azzédine - dans DEMARCHES CITOYENNES
commenter cet article
24 septembre 2007 1 24 /09 /septembre /2007 15:15



Prochaine réunion
du CLIC* le :
 
                        Mardi 25 septembre 2007 à 19 heures
                           Salle des mariages en Mairie
 
*Conseil local d’initiative citoyenne?
Suite aux divers rencontres de canton que j’ai organisé tout au long de mon mandat, de nombreux citoyens m’ont fait part de leur souhait de s’impliquer dans une démarche de réflexion et d’action collective. Grâce à ces échanges, lors du dernier conseil de canton, j’ai proposé la mise en place du Conseil Local d’Initiative Citoyenne (CLIC).
Le 24 avril dernier, une première réunion de travail a eu lieu avec la présence d’une trentaine de citoyens. A cette occasion, ont été abordé les thèmes tels que la culture, le développement durable, le développement économique, l’éducation, l’environnement, la jeunesse, la petite enfance, la solidarité avec les aînés, le sport, le vivre ensemble…
Cet échange a été très riche. Aussi je souhaite faire de cet espace, un lieu citoyen, de réflexion, d’échange et d’actions dans tous les domaines. Comme tu le sais, dans mon engagement quotidien, j’attache beaucoup d’importance au lien direct avec l’ensemble des citoyens et ce avec la forte volonté de construire ensemble une véritable dynamique collective pour transformer la société.
 
 
Pour rejoindre le comité local d’initiative citoyenne (CLIC) contacts : Rochdi Haoues : 0149718318.
Repost 0
Published by azzédine - dans DEMARCHES CITOYENNES
commenter cet article