Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azzédine TAIBI
  • Azzédine TAIBI
  • : Bienvenue sur mon blog. Il vous rendra compte de mon action et de mon engagement en tant qu'élu à la Mairie de Stains et au Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Il vous informera de mes prises de position et des combats politiques que je mène au quotidien avec et pour les citoyens. Ce blog est aussi l'occasion de recueillir vos remarques et vos propositions pour construire une alternative politique. Alors sans plus tarder, bonne visite et à très bientôt !
  • Contact

Archives

Liste D'articles

Pages

22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 23:38

at-16-02-12

 

Monsieur le Président, cher(es) collègues,

 

Tout d’abord une satisfaction dont j’attends confirmation de votre part, Monsieur le Président. 

 

Lors du débat d’orientations budgétaires le mois dernier, je regrettai ici publiquement avec mon groupe, l’abandon de la calculatrice et des cahiers de travaux dirigés pour les collégiens.

 

Même si je connais votre attachement à la réussite scolaire, votre ténacité développée la semaine dernière lors de la discussion sur les contrats de partenariat en atteste, je considérais que ce nouvel abandon ajouté aux restrictions sur les conditions d’attribution du remboursement de moitié du coût de la carte Imagin’R ou l’arrêt de l’aide à l’achat d’ordinateurs pour les entrants en sixième n’était pas forcément un signe fort envoyé à la communauté éducative.

 

Surtout au moment ou vient d’être annoncé entre 30 et 60 suppressions de postes d’enseignants à la rentrée 2012, annonce qui provoque un fort mouvement de refus que mes collègues de mon groupe et moi-même soutenons sans réserve.

 

Ainsi, Monsieur le Président, pouvez-vous me confirmer que nos collégiens recevront bien la calculatrice et le cahier de travaux dirigés à la prochaine rentrée ?

Car les parents et les équipes éducatives ne manqueront pas d’interpeller les conseillers généraux que nous sommes, sur ce point lors des prochains conseils d’administrations des collèges.

 

Je reviens sur le budget 2012 car à la lecture des documents mis à notre disposition pour cette séance et notamment le « projet d’activités et de budget par programmes 2012 », j’ai remarqué dans le programme « Développement économique et innovation », l’inscription de 2,375 millions d’€ en investissement,  abondant l’action 3 : « Recherche et pôle de compétitivité ».

 

Je n’ai pu m’empêcher de me faire la réflexion suivante : pourquoi ces investissements ne sont-ils pas soumis au moratoire que vous préconisez pour les investissements nouveaux dans les villes ?  

 

Si les raisons d’un tel soutien y est fort bien expliqué, je trouve à y redire.

 

Première remarque : depuis la suppression de la taxe professionnelle et l’instauration de la contribution économique territoriale, le mécanisme de l’imposition des entreprises a perdu le peu de justice fiscale qui lui restait.

Nous avons constaté un recul de recettes de 55 millions d’€ entre la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises et ce que nous aurait rapporté la Taxe Professionnelle.

Sans parler des 36 millions d’€ de ticket modérateur, qui a lui, bien survécu à la réforme.

Les entreprises soutenues, ainsi favorisées par cette nouvelle donne fiscale, n’auraient-elles pas assez de fonds propres ou d’autres mécènes pour assurer sans notre aide leurs activités.

Car leur présence sur notre territoire n’est pas due à notre seul soutien mais aux bénéfices d’aménagements ou de structures de transports qu’offre la Seine-Saint Denis, ainsi que la proximité de Paris ou un foncier financièrement intéressant.

 

Seconde remarque : le budget marqué par un assèchement durable des recettes et l’austérité, même si Monsieur le Président, vous n’en êtes pas le premier responsable, mais mesdames et messieurs de l’opposition, que cela vous plaise ou non, vous ne pouvez pas nier le milliards d’€ de transfert non compensé par l’Etat, et ça, c’est vous les principaux responsables.

 

Par contre monsieur le Président, il est injuste de dire aux habitants de notre département qu’un investissement attendu pour des logements sociaux, des équipements sportifs et culturels soit reporté à trois ans ou qu’une mesure bénéfique soit supprimée parce que le Conseil général maintient l’investissement en faveur des pôles de compétitivité.

 

Avec mon groupe, nous craignons que le moratoire ou quelques coupes supplémentaires soit compris par la population comme une mesure faisant de l’investissement dans les villes une variable d’ajustement pour gagner en équilibre.

 

Ce n’est pas forcément le genre d’arbitrage que les élu-e-s de mon groupe ou moi-même aurions rendu.

 

Nous aurions préféré une pause dans le soutien aux entreprises œuvrant dans la recherche scientifique et la « recherche et développement » industriel, soit le choix d’un autre moratoire afin de lever celui inscrit à notre budget, comme l’a indiqué tout à l’heure Bally Bagayoko.

 

Ces 2,375 millions d’€ ainsi dégagés auraient permis tant de choses : assurer les travaux dans les cinémas à Blanc-Mesnil et à Montreuil,  comme l’a rappelé Florence Haye, créer des ludothèques à Saint-Ouen ou à Bobigny, rétablir les crédits relatifs aux actions culturelles et éducatives menées par les associations « Fondation jeunesse » et « Chroma », ou bien rétablir les crédits relatifs aux actions livre Petite Enfance et aux actions d’éveil culturel dans les crèches et les PMI, abandonnés cette année, et enfin, abonder des chantiers sportifs pris dans les 14 projets d’équipements issus de ma délégation et retenus l’an dernier par la détermination de mon groupe mais qui se sont rapidement déguisé en souvenir aujourd’hui ! ( je pense aux projets d’équipements sportifs prévus à Neuilly sur marne, Rosny sous bois, L’Ile Saint-Denis, Vaujours, Montfermeil, Villemomble, Noisy le Grand, Villetaneuse, Stains et j’allais oublié Gournay sur marne… Ah non celui-ci, vous l’avez retenu par miracle monsieur le Président, autant pour moi !).

 

Bref, autant de mesures utiles pour maintenir et développer des services publics de qualité répondant aux besoins et aux aspirations grandissantes de la population de la Seine-Saint-Denis.

 

Ce n’est pas le choix soumis à notre vote ce jour.

 

Nous le regrettons.   

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans SEANCES DU CONSEIL GENERAL
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 10:15

avatar-blog-1266937839-tmpphpM4dRXWLe budget 2012 du Conseil général qui doit être voté ce matin, jeudi 22 mars est catastrophique. C’est même le pire budget que la Seine Saint Denis ait jamais connu.

 

Depuis trop longtemps la droite au pouvoir met à sac les services publics. Le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux ou la révision générale des politiques publiques sont la face immergée de l’iceberg.

 

Plus sournoisement, et obsédés par la réduction des déficits publics, les gouvernements qui se succèdent depuis 2002 se sont débarrassés de leurs dépenses les plus importantes sur le dos des collectivités.

Au Conseil général de la Seine St Denis, ce « délestage » a pris des proportions terribles. Depuis 2004, l’Etat nous a transféré la quasi intégralité de ses politiques sociales et les dépenses allant avec (RMI puis RSA, Allocation d’Autonomie, Prestation de Compensation du Handicap) sans compter l’entretien des routes nationales, la prise en charge des personnels non enseignants dans les collèges…

Nous n’aurions rien trouvé à redire si l’Etat avait versé les moyens nécessaires à ces transferts. Ce n’est pas le cas.  

 

C’est plus d’un milliard € que l’Etat doit à notre collectivité aujourd’hui, en cumulé depuis 2004. 

 

Comme si cela ne suffisait pas, les mêmes ont également taillé dans nos ressources : gel de la dotation globale de fonctionnement (les moyens donnés par l’Etat aux collectivités), suppression de la taxe professionnelle et réforme de la fiscalité locale.

Soient quelques centaines de millions € encore injustement amputés à notre ambition de services publics forts, seuls garants d’une satisfaction, égale pour toutes et tous, des besoins humains.

Dans un département comme la Seine St Denis durement impacté par la crise sociale, il faut que ça cesse.  

 

Ce n’est pas aux précaires de payer leur précarité !

 

Avec le Front de Gauche et son candidat Jean-Luc Mélenchon, nous refusons donc de baisser les bras en nous contentant d’être à terme les gestionnaires de collectivités en faillite! Nous réaffirmons que la solidarité est une affaire nationale. L’accès aux services publics, à l’emploi, à la dignité doit être le même en Seine Saint Denis ou ailleurs.

 

C’est notre devoir de nous attacher à ce projet et de nous battre pour le faire vivre.

 

L’Humain d’abord !

Repost 0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 21:48

 

   

 

Ce mercredi 21 mars vers midi, Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent sont venus sur l’esplanade de la Préfecture de Bobigny où ils ont été reçus par Catherine Peyge, maire de la ville et par nos élus au Conseil général représentés par Pierre Laporte (président du groupe), Gilles Garnier (vice-président) et Hervé Bramy. Près de 3 000 personnes ont répondu présent au rassemblement citoyen et populaire ( militant(es), syndicalistes, élu(es)...).

 

 

La tragédie de Toulouse était bien sûr dans tous les esprits. Après qu’une minute de silence ait été observée en mémoire des victimes,  le candidat du Front de Gauche a appelé à l’unité de tous les citoyens pour combattre la haine et défendre les valeurs de la République.

 

A la veille du vote du budget départemental, son discours sur les services publics et la nécessité de les défendre contre les multiples attaques et tentatives de privatisation ne pouvait qu’aller dans le sens du communiqué que nos élus ont d’ailleurs distribué à la population : Partout en France, les citoyens méritent justice, dignité et respect et la Seine Saint Denis doit aussi obtenir les moyens de faire vivre ces valeurs de solidarité et d’humanité sur son territoire.

21-mars-10

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans POLITIQUE
commenter cet article
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 21:40

Bastille-3.jpgDimanche 18 mars, notre groupe d’élus a participé au grand rassemblement du Front de Gauche pour la 6ème République à la Bastille.

 

Devant la démonstration de force de notre mouvement avec près de 120 000 participants venus de toute la France, certaines voix ici et là dans les autres organisations de gauche se sont fait entendre. Outre les tentatives grinçantes de minimisation, on nous dit qu’il ne suffit pas de se révolter ! On ajoute qu’il faut faire de vraies propositions…

 

Remarquons quand même que la révolte est le premier pas vers le changement et qu’elle est nécessaire. Les colères des citoyens sont légitimes devant la casse des services publics, la destruction des emplois, la marchandisation de nos biens communs, le saccage des acquis sociaux….

 

Cette révolte a donc toute sa place dans une campagne électorale pour la présidentielle et les législatives.

Et il n’a pas été question que de révolte sur la place de la Bastille hier ! Loin de là ! Jean-Luc Mélenchon y a exposé les grands axes du programme du Front de Gauche et, si c’était bien le lancement solennel d’une véritable insurrection citoyenne, c’était bien aussi l’énoncé de propositions concrètes de changement pour notre société.  

 

Dimanche, le peuple de gauche a dit sa volonté d’une vraie alternative et il en a posé les fondements. Cette marche préfigurait la 6ème république solidaire, sociale et écologique que nous appelons de nos vœux. Nous devons poursuivre la mobilisation et aller encore plus loin.

 

Si le candidat Hollande n’a entendu que du charivari, c’est fort dommage !

Mais si lui et d’autres ont quand même perçu nos propositions et que celles-ci ne leur plaisent pas, il serait fort intéressant qu’ils nous disent pourquoi.

 

Les exigences politiques portées par le Front de Gauche et relayées avec enthousiasme par des citoyens de plus en plus nombreux ne méritent-elles pas d’être entendues ?

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans POLITIQUE
commenter cet article
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 21:28

Pierre-LAPORTE Le conseil Général vient de publier un document de 24 fiches qui présente une photographie, un tableau de bord des problématiques de santé dans notre département, ainsi que  tous les éléments statistiques disponibles.

 

Ce document est une mise à jour de l'observatoire de santé de Seine Saint Denis réalisé avec l'appui de l'Observatoire régional de santé.

Il a été créé en 2004 à mon initiative sur le modèle de celui de Paris.

Pourquoi avions- nous voulu un observatoire de santé pour notre département?

 

En premier lieu parce qu'un observatoire régional donne des informations qui portent pour l'essentiel sur des moyennes régionales et qui n'ont pas forcément un sens au niveau départemental. Nous pouvons constater une démographie médicale tout à fait satisfaisante au niveau régional et catastrophique sur des territoires importants de notre département.

 

Mais surtout Il ne s'agissait pas de faire un bilan et de  déplorer la situation du département mais d'appuyer notre lutte auprès des autorités sanitaires, de l'Etat,  face à la situation de l'obstétrique sur le département.

 

Professionnels du public et du privé, élus, associations, nous étions mobilisés sur la démographie médicale et paramédicale et contre les fermetures de maternités, à l'époque nous avions participé au maintien et au développement de la clinique Vauban.

Ensemble nous avions lancé un forum santé de la Seine Saint Denis. Pas un forum pour se lamenter sur la situation mais un forum pour proposer des solutions et se mobiliser pour les mettre en œuvre.

 

Mais lors de nos rencontres avec les autorités sanitaires nous nous étions retrouvés face à des discussions sans fin sur les chiffres.  Avec toujours le même argument consistant à nous dire que les chiffres sur lesquels nous appuyons nos démonstrations n'étaient pas les bons.

Face aux risques d'enlisement nous avions décidé d'un outil qui permettrait de recueillir les informations et ainsi d'avoir des bases de débat et d'action indiscutables ou pour le moins permettant de cadrer une discussion.

 

Je suis donc satisfait de la publication et de la présentation de ce document mis à jour.

Cependant un participant lors de sa présentation a posé la question de son utilité.

Si ce document n'est pas le support à une réflexion, à l'élaboration et à la mobilisation des acteurs de santé sur le département il n'a qu'un intérêt restreint.

 

L'observatoire de santé doit être un outil pour la réflexion, l'élaboration de propositions et la mobilisation sur des objectifs clairs de tous ceux qui sont intéressés aux problèmes de santé sur notre département.

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans CONSEIL GENERAL
commenter cet article
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 21:11

avatar-blog-1266937839-tmpphpM4dRXWJeudi dernier lors de la séance du Conseil général, l'ensemble des élus du "Front de Gauche" a voté contre le recours au PPP pour la rénovation et la construction des collèges.

 

Mais ces contrats PPP, pourtant largement décriés sur tout le territoire en raison des risques financiers énormes qu’ils font courir aux collectivités locales et de l’attaque contre le service public qu’ils représentent seront malgré tout signés puisque le PS et la droite, étonnamment rassemblés dans la même logique, ont voté pour.

 

Le PS a fait l’apologie des PPP en évoquant les énormes contraintes budgétaires du département liées notamment au désengagement de l’Etat. Nous avons fait remarquer que si l’Etat avait payé ses dettes à notre égard (1milliard fin 2011) nous n’aurions pas eu besoin de recourir à ce système. Il est aussi assez surprenant d’observer qu’à si peu de temps d’une élection qui pourrait permettre le changement tant espéré par la Gauche, les soutiens du candidat Hollande se précipitent vers de tels pis-aller. Est-ce à dire qu’ils n’espèrent même pas qu’avec un changement de Président et de majorité au pouvoir, aucune amélioration n’aura lieu ni pour notre département ni pour l’ensemble des collectivités locales ? 

 

Nous rappelons que c’est bien la droite qui, par sa réforme territoriale, a jeté la Seine Saint Denis dans cette difficulté. C’est encore la droite qui n’a eu de cesse toutes ces années de casser le service public, préférant le brader aux entreprises privées.

 

Face à de telles attaques contre les droits de nos concitoyens, nous devions résister.

 

Le département a certes besoin d’améliorer la capacité et la qualité d’accueil de ses collégiens mais il ne s’agit pas seulement de prévoir les murs de leurs établissements. Il faut aussi engager une vraie bataille pour que l’Education Nationale octroie le nombre d’enseignants et de personnels d’encadrement suffisant pour que nos élèves puissent évoluer dans les meilleures conditions.

 

Le recours au Partenariat Public/Privé est finalement l’aveu d’un renoncement devant le libéralisme. Nous devons défendre le service public, et les services publics du Conseil général dont l’expertise est tellement nécessaire car c’est la seule garantie d’une égalité dans les droits et dans la facilitation de la vie quotidienne.

 

Notre vote est un vote de résistance.

Repost 0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 21:03

avatar-blog-1266937839-tmpphpM4dRXWA ce jour, la somme due par l’Etat au département de la Seine Saint-Denis au titre des transferts de charge depuis 2004 a atteint le milliard à la fin 2011. Cette situation qui s’aggrave d’année en année, ampute le budget de notre département et ne permet plus à notre collectivité de répondre aux besoins des habitants, notamment en matière de construction, reconstruction et réhabilitation de collèges.

 

Pourtant, la question de la hausse de la démographie nous oblige à faire face à l’urgence et donc à prendre des décisions budgétaires lourdes au détriment d’autres investissements tout aussi importants.

 

Nous refusons de nous résigner à la méthode consistant à couper dans la culture, le sport, le social sans engager une bataille collective, citoyenne contre les véritables causes de cet étranglement budgétaire. De ce point de vue, nous ne partageons pas la position fataliste de Claude Bartolone et sa décision de recourir massivement aux partenariats public/privé dans le cadre du Plan Exceptionnel d’Investissement en faveur des collèges.

 

Nous avons dit dès octobre 2010 que nous refusions les PPP et que nous voulions travailler à d’autres solutions. Nous n’acceptons pas le chantage qui consiste à affirmer que si nous refusons les PPP il n’y aura pas de collèges construits et que nous en serions responsables. Nous considérons que la concertation de notre groupe, partie prenante de la majorité départementale était indispensable dès le départ de la réflexion et non quand le projet était ficelé. La concertation des syndicats d’enseignants et ceux du Conseil général, des associations de parents d’élèves a été insuffisante. Les inquiétudes, les demandes du Comité Technique Paritaire de notre collectivité, du Conseil Départemental de l’Education Nationale, opposés au recours aux partenariats privés, sont restées lettre morte.

 

Les solutions proposées aujourd’hui coûteront plus cher à notre collectivité que celles qui auraient pu être trouvées par le biais du service public si de véritables moyens avaient été mobilisés pour privilégier cette option. Pire, elles introduisent plus encore la sphère privée dans le secteur public alors que d’autres choix auraient été possibles.

Repost 0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 20:43

image-la-culture-en-danger.jpgEn décembre 2009, le département de la Seine-Saint-Denis avec 200 professionnels lançait un "Appel pour la Culture en danger". La réforme des finances locales du gouvernement Sarkozy amplifiait encore l’asphyxie des collectivités locales et annonçait la démolition de la compétence générale pour les conseils généraux. Nous y sommes !

 

 

Le moratoire annoncé le 26 janvier par Claude Bartolone sur les investissements des équipements culturels et sportifs des villes est la traduction mécanique de la situation financière de notre département. A la baisse ou à la suppression des subventions d’Etat s’ajoutent les décisions du gouvernement.

 

  Avec mon groupe, j'ai dénoncé cette situation, aujourd’hui il faut aller à la mobilisation.

 

Le financement de la réhabilitation du Théâtre Gérard Philippe est remis en cause (430 000 €) par le département alors qu'il s'y était engagé. De fait, les cinémas : Mélies à Montreuil, Louis Daquin à Blanc Mesnil, la MC 93, le Pôle Média du Grand Paris de Saint Ouen, n'auront pas les financements attendus. D'importantes structures de créations et d'animations culturelles voient leurs subventions baissées comme le Festival de Saint Denis (-20 000€), Citoyenneté de Jeunesse (- 60 000€), Fondation 93 (-40 000€), les Rencontres chorégraphiques (-20 000€), Banlieues Bleues  (-20 000€), le Centre Dramatique de La Courneuve (-20 000€)… sans parler du Studio Théâtre de Stains privé des subventions de l'Etat...

 

Ainsi, se met en place à partir des choix politiques nationaux, la démolition de l'exceptionnel réseau culturel de notre département, adoubé par le président du conseil général.

 

Cette richesse culturelle, accessible à tous, a été insufflée au cours de décennies par une farouche volonté politique des élus de ce département, une volonté d'offrir aux populations modestes l'accès à la compréhension sensible du monde pour l'interpréter et le changer. Aujourd'hui, nous refusons ces choix politiques qui auront immanquablement pour conséquence de livrer aux marchands l'imagination, la créativité humaine et le rêve, les réservant aux clients.

 

Aux côtés des maires, des élus et des populations du département, les 13 élus de mon groupe affirment leur engagement "de ne rien lâcher" pour être partie prenante des mobilisations en cours. 


La Culture est un enjeu déterminant pour la population, et je le mesure au quotidien à Stains, en tant qu'élu chargé de la Culture, par le précieux travail mené au travers d'actions culturelles de très grande qualité, en direction des enfants, des jeunes, des séniors...par le Studio Théâtre, de Stains, 'Espace Paul Eluard,  l'école municipale de Musique et de Danse, l'Orchestre Divertimento ainsi que de nombreues associations locales.

Repost 0
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 23:58

Soyons nombreux au grand rassemblement du " Front de Gauche " le 18 Mars

avec Jean-Luc Mélenchon


A l’occasion de l’anniversaire du début de la Commune et au lendemain du dépôt officiel des candidatures à la présidentielle, le Front de Gauche appelle le peuple à reprendre la Bastille.


Départ 14h place de la Nation en direction de la Bastille


Notre cortège sera émaillé d’animations musicales et théâtrales et de discours politiques. Tous ensemble, faisons en sorte qu’il soit dynamique. Faisons preuve de créativité ! Que chacun amène sa pancarte, son slogan, ses banderoles et autres créations.

Venez avec vos tenues de travail pour montrer notre diversité. Nous ne sommes pas les plus riches, mais nous avons plein d’idées ! Alors le 18 mars reprenons la Bastille.

 


 
Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans POLITIQUE
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 16:11

IMG00046-20120311-2302Aujourd'hui Jean-Luc Mélenchon s'est rendu vers 10 heures au Conseil constitutionnel afin d'y déposer ses précieux parrainages pour être candidat à l'éléction Présidentielle 2012.

 

Je suis très heureux et très fier d'avoir accepté, dès le départ, de parrainer le candidat du "Front de Gauche" comme l'ont déjà fait près de 1100 élus (Maires, Députés, Sénateurs, Conseillers Régionaux et Conseillers généraux), soit plus du double des 500 nécessaires pour pouvoir être présent au premier tour.

 

Ce parrainage constitue pour moi en tant qu'élu communiste, un acte politique fort pour battre avant tout et sans nuance, la droite et l'extrême droite.

 

C'est aussi à mon sens, contribuer à créer une réelle alternative à gauche et un véritable espoir pour le Peuple, en particulier pour notre jeunesse.

 

Car depuis l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007, il y a urgence d'en finir avec sa politique désastreuse qui fait des dégats notre pays, et ce dans de nombreux domaines : l'emploi, la santé, le logement, l'éducation, les transports, la culture, les services publics...Autant de coups portés contre le peuple, en particulier contre ceux, et c'est le cas à Stains, qui subissent de plein fouet la crise sociale.

 

Je le mesure au quotidien quand je rencontre les stanois dans les quartiers de notre ville, au marché, dans la rue, dans les mobilisations citoyennes ou bien lors de mes audiences.

 

Accepter de parrainer Jean-Luc Mélenchon, candidat du 'Front de Gauche",  c'est faire le choix de porter une ambition politique pour redonner confiance au peuple, de renouer avec l'espoir et s'inscrire dans une vision progressiste et humaniste, en clair c'est construire un véritable projet politique de transformation sociale et écologique.

 

Accepter de parrainer Jean-Luc Mélenchon, candidat du "Front de Gauche", c'est aussi porter une ambition politique qui se poursuivra au delà des élections présidentielles et des élections legislatives avec notre candidat Marie-George Buffet.

 

Mais cette ambtion doit s'inscrire dans la durée pour nous engager dans une nouvelle dynamique politique bien ancrée à gauche, ou la place de chaque citoyen est déterminante. Cette volonté ne peux se faire que si elle prend sa source dans un mouvement populaire et partagé qui se traduit au plus près des préoccupations des citoyens.

 

Comme beaucoup d'entre vous, j'ai la conviction qu'il se passe quelque chose de nouveau et de profond.

 

En 2005, j'avais initié la mise en place d'un comité local d'initiatives citoyennes (CLIC). Beaucoup de Stanois et dans la diversité, ont pris et continue à prendre une part active aux actions et aux réflexions qui ont pu émerger au sein de cet espace, et bien au delà.

 

Fort de cette expérience qui se poursuit, je souhaite avec vous, inscrire cette dynamique pour nous engager collectivement et prolonger l'action dans les assemblées citoyennes initiées par le "Front de Gauche" à Stains.

 

C'est tout le sens de mon engagement au quotidien à vos côtés.

 

C'est tout le sens aussi de mon soutien en parrainant la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

 

Car pour nous, c'est "L'humain d'abord" qui compte !

 

Azzédine TAIBI

 

 


 


 

 

 


Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans POLITIQUE
commenter cet article