Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azzédine TAIBI
  • Azzédine TAIBI
  • : Bienvenue sur mon blog. Il vous rendra compte de mon action et de mon engagement en tant qu'élu à la Mairie de Stains et au Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Il vous informera de mes prises de position et des combats politiques que je mène au quotidien avec et pour les citoyens. Ce blog est aussi l'occasion de recueillir vos remarques et vos propositions pour construire une alternative politique. Alors sans plus tarder, bonne visite et à très bientôt !
  • Contact

Archives

Liste D'articles

Pages

19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 14:40

images.jpg

 

Monsieur le Président de la Fédération,

Monsieur le député,

Monsieur l'adjoint au Maire,

Mesdames et Messieurs les élus

Cher(e) ami(e)s  

 

C’est un très grand plaisir de me retrouver parmi vous aujourd’hui pour cette importante initiative de la Fédération des Associations de Figuig, rencontre des migrants de Figuig en lien avec le développement de leur région d’origine. J’en suis heureux à double titre :

 

D’une part, en tant qu’élu chargé de la coopération décentralisée à Stains, qui a signé un protocole de coopération avec Figuig en 2002 en complémentarité des actions engagées avec le département de Seine Saint-Denis.


Et d’autre part, en tant que  Vice-Président de ce département, qui lui aussi a engagé en 2000 un partenariat  de coopération avec Figuig.

 

Les domaines d’intervention de la coopération établis entre Stains et Figuig sont divers : la promotion de la citoyenneté, la Culture de la Paix, la Démocratie sociale, le Patrimoine, l'environnement, la Jeunesse, la santé...


Et, à travers des échanges culturels, sportifs, économiques, l’accueil de stagiaires, le tourisme social et culturel, la valorisation du patrimoine, des ressources de Figuig, etc., nous avons construit ensemble des actions, des projets mais toujours en fonction de valeurs partagées, en fonction des attentes et des réalités locales.  

 

Vous le savez, nous pouvons dire sans démagogie et sans prétention que la coopération a finalement une fonction politique, sociale, culturelle. Et en tous les cas dans ce cadre, nous contribuons, même modestement, à changer le cours des choses, à ouvrir nos territoires sur le monde et à « guider » nos populations respectives vers l’appropriation et la maîtrise de leurs destinées à travers les réflexions que nous engageons ensemble sur la mondialisation, la marchandisation, la fraternité, le partage et le devenir de l’Humanité.

 

Notre coopération avec Figuig porte à son actif plus de 10 ans de partenariat. C’est à la fois peu et beaucoup. Peu, car c’est un partenariat construit dans la durée et il nécessite énormément de temps pour cette construction, pour développer et réaliser des projets utiles et nécessaires au bien-être de toute une population. Et c’est déjà beaucoup, car en conjuguant nos efforts, nous avons pu avancer pour poser les premières pierres de l’édifice de notre coopération.


C’est un long chemin parcouru et nous voulons le poursuivre ensemble car, je le crois, nous partageons les mêmes valeurs, les mêmes luttes, les mêmes combats au bénéfice de nos concitoyens.


Je ne vais pas vous lister ici toutes les actions et projets que nous avons menés ensemble mais pour illustrer le travail accompli et à titre d’exemples, j’évoquerai quelques projets et initiatives phare qui ont été réalisées :

Tout d’abord et dès 2003, la ville de Stains a été, je crois, la première ville de France à mettre en place et à pérenniser « la semaine de la coopération » avec l’ensemble de ses partenaires, autours de thématiques de réflexion choisies en commun, autour de pistes de travail ou de propositions de projets à concrétiser ensemble.


A la semaine de la coopération réalisée tous les 3 ans, nous avons également instauré  la réalisation des rencontres internationales des femmes tous les 2 ans. C’est dire qu’au-delà du partenariat bilatéral, un partenariat multilatéral s’est installé, créant ainsi un réseau des villes de la coopération de Stains.


Pour la première semaine de coopération réalisée à Stains en 2003, tous nos partenaires étaient présents y compris les représentants de Figuig et dès 2006, nous avons réalisé la 2ème semaine de coopération à Figuig même, sur la thématique « des droits de l’enfant, futur citoyen du monde » qui a eu pour résultats l’élaboration d’un « programme de promotion des Droits de l’Enfant pour et par les enfants » que nous continuons à concrétiser pas à pas dans chacune des villes partenaires.


Nous en sommes aujourd’hui à la 3ème semaine de coopération et à la 4ème rencontre internationale des femmes. Mais directement avec Figuig, je vous le disais, quelques exemples phare pour illustrer le chemin parcouru.  

Dans le domaine de l’enfance/jeunesse, plusieurs projets d’envergure ont mobilisé nos collectivités, nos services et de multiples partenariats :


2004 - Echanges de jeunes entre Figuig, le service municipal de la jeunesse et le centre social municipal de Stains.

 

2006 - Echanges entre les collèges  Ennahda de Figuig  et Pablo Neruda de Stains  sur la thématique de la découverte du patrimoine architectural et culturel de Stains et de Figuig avec la mise en place d’ateliers coopération, mathématiques … et échanges d’expérience entre les professeurs

 

Accueil de 2 artisans forgerons de Figuig dans le cadre d’un projet de reproduction d’un briquet mérovingien, en partenariat avec l’association Franciade. Ces forgerons ont participé à la Fête de la ville de Saint-Denis au village des artisans.

Accueil également de 2 agents communaux pour un échange d’expérience avec les agents de Stains.


2007 et 2008 - 2 chantiers d’insertion et d’éco-construction à Stains et à Figuig  pour la rénovation de la muraille de la place de l’Ajdir, en partenariat avec l’association Crysalis-Formation, la DDTEFP, l’ANPE, les missions locales, le service RMI du CG93.

 

2007 – c’est également et je ne peux pas l'oublier, un partenariat Aubervilliers/Stains dans le cadre d’un formidable projet européen autour des pratiques amateurs de musique et de danses entre jeunes et adolescents de Figuig (Maroc), de Iéna (Allemagne), de Beit-Jala (Palestine) et de jeunes français d’Aubervilliers et de Stains.

 

2009 – Sur la thématique du handicap, une délégation municipale s’est rendue à Figuig avec des représentants de la Résidence des 3 Rivières de Stains (foyer de jeunes travailleurs porteurs de handicap) pour faire un diagnostic des besoins pour les personnes handicapées et envisager une programmation de formation pour 2 stagiaires de l’association des handicapés de Figuig   

 

2010 – Accueil des 2 stagiaires à Stains pour deux modules de formation au GERFI (Groupement d’Etudes Recherches et Formation Innovation) sur les  maladies mentales et le handicap et l’immersion dans différents ESAT (établissement et service d’aide par le Travail),  de la région parisienne avec des rencontres/échanges avec les professionnels.
 

 

2010 – c’est également notre participation au 7ème  Festival Carnet de voyage du Maroc –avec l’accueil d’une délégation municipale de Figuig conduite par son maire, M. Amar ABBOU : un festival organisé en partenariat avec les villes de  Sevran, Clichy sous Bois et Villepinte
 

 

2012/2013 – Pour finir je voudrais également citer un projet d’échanges entre adolescents de Stains et de Figuig, le projet « école d’ici et d’ailleurs » qui continue cette année avec l’accueil de jeunes Figuiguis à Stains en avril prochain après que de jeunes stanois se soient rendus à Figuig en juillet dernier.

 

Mesdames et Messieurs, je vous le disais en introduction, la coopération a de multiples fonctions y compris celle d’être un levier pour faire réagir et impliquer des organismes, des institutions qui ont la responsabilité et les moyens de soutenir et de cofinancer nos projets.

Nous allons poursuivre et conjuguer nos  efforts pour avancer encore plus et encore mieux dans l’élaboration et la réalisation de nos projets, faire un bilan partagé, construire une nouvelle planification et déterminer les priorités, réfléchir ensemble à un plan d’action au bénéfice de la population, de la démocratie, de la citoyenneté.


Permettez-moi, pour finir de saluer et de remercier toutes les collectivités, leurs services, leurs agents, tous les partenaires que nous sollicitons et qui nous sollicitent, les associations et particulièrement aujourd’hui la Fédération des Associations de Figuig, qui tous contribuent à faire de la coopération une coopération des peuples au service des citoyens.

Permettez-moi également d’assurer Figuig de notre amitié, de celle de la municipalité et de tous les stanois.


Merci de votre attention.

 

index-copie-2.jpg

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 11:19

Depuis de nombreuses années, la Municipalité est attachée à la défense des droits de tout 26 63 13-FLYER-DISCRIMINATIun chacun, à la promotion du vivre-ensemble et à la préservation des liens sociaux. Un tel attachement amène à lutter contre tout ce qui pourrait mettre à mal la cohésion sociale ou l’accès aux droits pour tous.

Cette année, la semaine de Lutte Contre les Discrimination, qui se déroulera du 18 au 22 mars 2013 sera l’occasion de mettre en lumière l’un des 18 critères discriminants puni par la loi : le racisme.

Au travers d’exposition, de ciné-débat, d’émissions de radio, que vous soyez petit ou grand, jeune ou adulte, venez donner votre avis, participer aux échanges, apprendre avec nous à combattre le racisme, et participons ainsi à défendre ensemble les droits et la dignité de chacun.

 

 

 

index-copie-3Edito de Farida AOUDIA-AMMI,

 

Conseillère municipale,

déléguée à l'intégration des personnes handicapées

et à la lutte contre les discriminations.

Depuis de nombreuses années, la Municipalité est attachée à la défense des droits de tout un chacun, à la promotion
du vivre-ensemble et à la préservation des liens sociaux. Un tel attachement amène à lutter contre tout ce qui pourrait mettre à mal la cohésion sociale ou l’accès aux droits pour tous.
Cette année, la semaine de Lutte Contre les Discrimination, qui se déroulera du 18 au 22 mars 2013 sera l’occasion de mettre en lumière l’un des 18 critères discriminants puni par la loi: le racisme.
Les comportements, actes et paroles racistes ont existé de tout temps. Même si rien ne les justifie, nous observons que le chômage de masse et la crise accentuent l’expression de ces comportements. Ils se manifestent malheureusement de plus en plus librement, y compris au sein de nos élites politiques ou médiatiques.
Les actes et paroles racistes sont liés à une méconnaissance des autres cultures, à une peur déraisonnée et un rejet de l’autre. Longtemps dans l’imaginaire, les victimes du racisme étaient les étrangers, les immigrés, ceux qui venaient d’ailleurs. Aujourd’hui, si l’étranger, le Rom, le sans-papier sont toujours pointés du doigt, c’est aussi le cas de certaines catégories de Français à part entière, qui voient leur appartenance à la communauté des citoyens niée du fait d’une origine ou d’une appartenance religieuse réelles ou supposées. Cela nous oblige à être toujours plus vigilants, à continuer le travail de sensibilisation, d’éducation, mais aussi condamner et sanctionner quand cela est nécessaire. Car en plus d’être illégal et puni par la loi, le racisme est aussi facteur de souffrance et de mal-être chez les victimes.

La ville de Stains, par ses actions quotidiennes, lutte contre toutes les formes de discriminations et organise chaque année, la semaine d’éducation et d’action contre le racisme et les discriminations.
Au travers d’exposition, de ciné-débat, d’émissions de radio, que vous soyez petit ou grand, jeune ou adulte, venez donner votre avis, participer aux échanges, apprendre avec nous à combattre le racisme, et participons ainsi à défendre ensemble les droits et la dignité de chacun.

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 13:29
Azzedine-.jpg
Comme chaque année à quinze jours de la trève hivernale des expulsions locatives sans relogement, j'ai participé vendredi matin, avec une délégation de Stanois(es) et d'élus de notre ville (Le Maire, Michel Beaumale et Karina kelner, Adjointe au Maire en charge de l'Action sociale et de la solidarité) au rassemblement contre les expulsions locatives qui a eu lieu devant le Ministère du Logement.
Les expulsions locatives vont reprendre, jetant des milliers de personnes à la rue, sans solution de relogement.
J'en appelle à la mobilisation de tous les Stanois(es), pour le droit au logement pour tous, pour mettre fin aux expulsions qui est une pratique moyenâgeuse, intolérable et indigne pour de nombreuses familles stanois(es).

En l'absence de Cécile Duflot, Ministre du Logement, une délégation a été reçu par son directeur de cabinet, pour éxiger l'arrêt immédiate des expulsions locatives sans relogement.
A 12h30... les 25 maires ont tenu un point de presse après leur rencontre. Même si l'écoute du directeur de Cabinet fut attentive ainsi que l'annonce faite d'une réforme des modes de préventions des expulsions dans le futur projet de loi sur le logement, il nous faut RESTER PLUS QUE JAMAIS MOBILISES POUR INTERDIRE LES EXPULSIONS LOCATIVES et oeuvrer pour le droit au logement pour toutes et tous et pour éxiger un moratoire sur les expulsions ainsi que la création d'un fonds des impayés...

20130315_130351.jpg
Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 15:46

tsipras 1

 

Le projet d’accord du Conseil européen sur le futur cadre financier pluriannuel de l’Union européenne pour les sept années à venir (2014 – 2017) est inacceptable. 

Cet accord ouvre la voie à sept années d’austérité et de ralentissement économique en Europe et renie la notion de solidarité européenne.

Contrairement aux déclarations officielles, les chefs d’Etat et de gouvernement proposent des coupes dans des domaines tels que le Fonds Social Européen, qui concernent principalement les vies des citoyens européens en temps de crises.

Nous remarquons avec consternation que les chefs d’État européens ont choisi de frapper fort sur les citoyens les plus démunis : le budget dédié à l’aide alimentaire qui était d’environ 3,5 milliards d’euros pour la période 2007-2013 sera drastiquement réduit. Il ne sera que de 2,5 milliards d’euros pour les années 2014-2020 ; en sachant qu’il couvrira alors 28 et non plus 27 États. La solidarité est une fois de plus sacrifiée sur l’autel de l’austérité budgétaire alors que le nombre de personnes vivant en-deçà du seuil de pauvreté dans l’Union européenne est passé de 18 à 25 millions entre 2008 et 2012. C’est un dommage qui ne peut qu’alimenter le rejet croissant de l’Union Européenne par ses peuples.

Les violentes coupes budgétaires prévues pour la politique de cohésion et la politique agricole commune, respectivement amputées de 8% et de 16%, sont la conséquence directe de cet abandon. En délaissant ces politiques, qui constituent les politiques redistributives par excellence de l’Union Européenne, la décision est prise d’oublier une fois pour toutes le projet d’une Union basée sur la solidarité.

Nous sommes totalement opposés à la direction qu’ont prise les politiques européennes. Nous rejetons sans réserve les coupes budgétaires généralisées qui pénalisent tous les citoyens européens mais d’abord et avant tout la jeunesse, les agriculteurs, les pêcheurs, les chercheurs, les universités, les collectivités locales, les projets environnementaux.

Les aides d’État à l’agriculture, la pêche, l’industrie, et bientôt aux collectivités territoriales sont réglementées et, dans la plupart des cas, interdites par les dispositions des Traités établissant les règles du marché intérieur. La réorientation vers l’agriculture paysanne, plus respectueuse de l’environnement et des agriculteurs est totalement absente. La PAC continuera de bénéficier aux plus grandes exploitations et à celles qui polluent le plus. Sans les programmes européens financés à la hauteur des besoins et des enjeux, tout ce qui concerne la vie quotidienne des citoyens européens sera gravement atteint s’il n’y a pas de possibilité d’octroyer une aide budgétaire nationale supplémentaire.

Dès à présent, nous appelons tous les membres du Parlement Européen à poursuivre les efforts amorcés pour rejeter les politiques d’austérité sur lesquelles se sont entendus les chefs d’États et de gouvernement. L’Union européenne ne saurait et ne peut se résumer à une Europe libérale ayant pour unique objectif le seul marché commun. A ce rythme, l’idéal d’une Europe unie est condamné.

Nous ne pouvons accepter que des compétences étatiques soient systématiquement transférées des États à l'Union européenne pour que les politiques confiées se retrouvent sans cesse budgétairement affaiblies.

Nous militons avec fierté, unité et cohérence, pour un cadre financier pluriannuel de l’Union européenne qui ne prolonge pas l’austérité imposée aux États membres parce que nous savons que l’austérité ne mènera jamais à rien de positif, quel que soit le niveau auquel elle est appliquée.

Le vote sur la résolution du Parlement européen sur les Conclusions du Conseil européen sur le cadre financier pluriannuel ira au-delà de la dimension économique et sociale qui nous est si chère. De manière plus discrète mais tout aussi sérieuse, il en va aussi du respect du peu de démocratie européenne existant. Si le Parlement européen valide la décision des chefs d’États, il renoncera du même coup à ses pouvoirs de décision.

En effet, les dispositions des traités accordent au Conseil européen, qui rassemble les chefs d’États et de Gouvernement nationaux au niveau européen, le droit de déterminer le montant global du cadre financier pluriannuel et les montants globaux de chaque rubrique (cohésion, agriculture, etc.). Mais le Conseil a pris en otage les quelques instruments légaux de la démocratie européenne existant en définissant le cadre financier pluriannuel de l’Union Européenne 2014-2020 dans ses moindres détails. Le Parlement européen est donc mis devant le fait accompli et ne peut que l’accepter ou le rejeter en bloc ; cela excède largement les compétences des chefs d’État et de Gouvernement. C’est tout à fait inacceptable.

Nous rejetons totalement le cadre financier pluriannuel 2014-2020 proposé comme nous avons rejeté tous les mécanismes austéritaires, du Semestre européen au « Two pack », en passant par le « 6 pack », le MES et le traité Merkozy.

Nous avons besoin d’une autre Europe, refondée pour devenir une vraie démocratie. Une Europe dotée d’un budget redistributif, sans l’austérité en contrepartie, afin de permettre à tous ses citoyens de bien y vivre. C’est pour cette Europe-là que nous nous battons.

Nous adressons une solennelle mise en garde. La politique d'austérité sans fin et le pouvoir autoritaire des chefs d’État et de Gouvernement sur les budgets nationaux font coïncider reculs sociaux, recul de la souveraineté et recul de la démocratie. La résistance du peuple est inéluctable. Elle ne connaîtra pas de limite.


Strasbourg, le 13 mars 2013


 Signataires :


> Alexis Tsipras, Président de Syriza

> Pierre Laurent, Secrétaire national du Parti Communiste Français

> Cayo-Lara, Coordinateur fédéral d'Izquierda Unida

> Jean-Luc Mélenchon, co-Président du Parti de Gauche

> Martine Billard, co-Presidente du Parti de Gauche

> Bernd Riexinger, co-President de Die Linke

> Katja Kipping, co-President de Die Linke

> Catarina Martins, co-Presidente de Bloco de Esquerda

> João Semedo, co-President de Bloco de Esquerda

> Jiri Mastalka, GUE/NGL

> Alda Sousa, GUE/NGL

> Lothar Bisky, GUE/NGL

> Miloslav Ransdorf, GUE/NGL

> Sabine Wils, GUE/NGL

> Gabriele Zimmer, GUE/NGL

> Sabine Lösing, GUE/NGL

> Younous Omarjee, GUE/NGL

> Nikolaos Chountis, GUE/NGL

> Jürgen Klute, GUE/NGL

> Marisa Matias, GUE/NGL

> Marie-Christine Vergiat, GUE/NGL

> Hénin Jacky, GUE/NGL

> Cornelia Ernst, GUE/NGL

> Patrick Le Hyaric, GUE/NGL

> Helmut Sholz, GUE/NGL

> Dimitrios Papadimoulis, Syriza au Parlement hellénique

> Diether Dehm, Die Linke au Bundestag

> Wulf Gallert, Die Linke au Bundestag

> Gregor Gysi, Die Linke au Bundestag

> Martina Michels, Comité des Régions

> Francis Wurtz, Ancien président de la GUE/NGL

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans POLITIQUE
commenter cet article
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 16:50

imagesCAJ5WRXS

 

Le Conseil général prévoit une nouvelle hausse des impôts et 35 M€ de coupe des dépenses. C’en est trop pour l’aile gauche de la majorité.

 

 

 

2631471 30260d22-89da-11e2-bea8-00151780182cPierre laporte (Front de gauche) prévient : « c’est un budget d’austérité et on n’en veut pas ».

 

« Il y a un risque d’explosion de la majorité : il est possible que le budget ne passe pas ». La menace émane de Pierre Laporte, président du groupe Front de gauche au conseil général. A dix jours du vote prévu le 21 mars, la maquette du budget vient de parvenir aux élus. Celle-ci confirme les craintes de l’aile gauche de la majorité : 35 M€ de coupes (10 M€ en investissement, 25 M€ en fonctionnement) et une augmentation de 7,5 points des impôts fonciers.

 

Laporte propose des alternatives

 

« C’est un budget d’austérité et l’on n’en veut pas », prévient Pierre Laporte qui explique ne plus avoir discuté avec les socialistes depuis la dernière séance du 28 février. « On va atteindre 30% de hausse d’impôts en cinq ans : un record, déplore l’élu. Or, les impôts locaux sont injustes : ils conduisent les habitants de la Seine-Saint-Denis à payer pour leur propre précarité. » Après les augmentations de tarifs déjà votées (carte Améthyste, cantine des collèges…) et les coupes successives, notamment dans le champ culturel, la coupe est pleine selon l’élu. « Il suffit que cinq conseillers généraux de chez nous (NDLR : sur 13) votent contre pour que le budget ne soit pas adopté », rappelle Pierre Laporte.

 

 

Convaincus qu’un « autre budget est possible », le Front de gauche dit vouloir négocier avec le PS jusqu’au 21 mars et propose des alternatives inspirées par… l’ancien président Claude Bartolone lui-même. D’abord continuer de réclamer le remboursement de la « dette » de l’Etat correspondant aux charges sociales transférées depuis 2004 et non compensées (essentiellement le RSA), soit 1,6 Md € en commençant par les 200 M€ accumulés depuis que François Hollande est président.

 

Ensuite, voter un budget en déséquilibre en inscrivant toutes les dépenses utiles : « Nous n’imaginons pas, en effet, qu’un préfet sous la houlette d’un gouvernement socialiste oserait effectuer des coupes antisociales dans le budget qu’il lui incomberait de valider », ironise le Front de gauche, qui appelle les habitants à écrire au président PS du conseil général Stéphane Troussel.

 

Autre proposition : inscrire par anticipation dès cette année, les 40 M€ attendus en 2014 dans le cadre de la péréquation des droits de mutation ‘liés aux achats et ventes immobilières) à l’échelle de l’Ile-de-France, annoncée par le Premier ministre mercredi dernier. « On est dans une situation inédite avec un gouvernement de gauche. Il faut pouvoir trouver un accord au profit des habitants de Seine-Saint-Denis. Ce n’est pas de la mendicité, mais de la justice », plaide Laporte.

 

Troussel défend ses « avancées »

 

Dans l’entourage de Stéphane Troussel, on se dit « surpris » de l’attitude du groupe Front de gauche. « C’est bizarre cette position dure car il y a eu de nombreuses réunions avec le groupe Front de gauche qui ont abouti à des avancées, des arbitrages, bref le travail normal d’une majorité. Il n’y a pas eu de rupture dans les négociations, simplement le respect de délais réglementaires ». Et de rappeler que, depuis Noël, le conseil général a obtenu 29 M€ du gouvernement. « Il n’est pas question de voter un budget en déséquilibre, poursuit un proche de Stéphane Troussel. Cela reviendrait à laisser le préfet décider à notre place. »

Repost 0
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 23:01

unknown-copie-1.jpg

 

 

Le Mouvement de la Paix et la ville de Stains

vous invitent à la soirée culturelle
"Culture de paix et blocus à Gaza"
Avec la participation exceptionnelle de Ziad Medoukh,

professeur à l’université d’Al Aqsa


Vendredi 15 mars 2013 à 19h
Maison du Temps Libre - 30/34 Av. Georges Sand - Stains


Projection du film « Gaza we are coming ! »
Anastassia Politi, lecture de poèmes gazaouis
Paroles de paix de Ziad Medoukh

 

 

"Culture de paix et blocus à Gaza"

Les rendez-vous de l’Université populaire de la Culture de la Paix et de la nonviolence ont été conçus pour mettre à la disposition du grand public, des collectivités, des organisations pacifistes, syndicales et d’éducation populaire, des outils de connaissances sur le vaste domaine de la Culture de paix.
Nous profitons de la présence exceptionnelle et inattendue de Ziad Medoukh pour mieux appréhender la culture de paix en Palestine aujourd’hui.
Ziad Medoukh, responsable du département de français à l’université Al Aqsa et coordinateur du Centre de la Paix de Gaza, évoquera la résistance pacifiste sous le blocus de Gaza.
Le film documentaire d’Anastassia Politi, metteur en scène à la compagnie Erinna, retrace le périple de deux bateaux grecs qui ont brisé le blocus de Gaza et témoigne de la joie des habitants à leur arrivée.


 

mouvement de la paixlogo_stains_4.jpglogo ssd 1

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans SOLIDARITE PALESTINE
commenter cet article
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 00:12

journee-femme-affiche

 

Le 8 mars est une journée emblématique des luttes des femmes pour faire reculer les discriminations, les dominations, conquérir l’égalité des droits.

Le ministère droits des femmes, pour lequel nous nous sommes battues, doit maintenant avec le gouvernement de gauche, entendre les voix populaires, les voix des femmes, des hommes, qui, il y a un an et avec raison, congédiaient Nicolas Sarkozy.

 

Il faut donc écrire une nouvelle page dont le fil conducteur est l’égalité.

  • L'égalité professionnelle tant promise, n'est toujours pas appliquée malgré la profusion des lois. Les discriminations, les inégalités salariales, la précarité de l'emploi des femmes sont toujours les normes et l'accord national interprofessionnel (ANI), constitue un recul sans précédent, véritable amplificateur de ce que les femmes, les Licenci'elles, les Sodimédicals, et beaucoup d'autres vivent.

Refusons ce mépris, manifestons contre cet accord et imposons une réelle égalité professionnelle, une loi contre les licenciements boursiers, l'abrogation de la loi sur les retraites avec départ à 60 ans pour toutes et tous. Sanctions judiciaires aux entreprises qui n'appliquent pas les lois sur l'égalité professionnelle.

  • Le droit à la santé pour toutes et tous est une exigence et une urgence, d’autant que la loi Bachelot (loi Hôpital Patient Santé Territoire) continue à s’appliquer entrainant une véritable casse du service public de santé.

Exigeons du gouvernement l'abrogation de la loi Bachelot, un moratoire contre les fermetures détablissements hospitaliers et les regroupements de services.

Demandons la mise en place dune vraie démocratie sanitaire permettant des débats renseignés et sérieux sur toutes les grandes questions de santé publique. Le grand public doit accéder à des informations sérieuses sur l'ensemble des choix contraceptifs. De réels contrôles doivent être organisés sur les médicaments, loin des pressions européennes et de celles des firmes pharmaceutiques.

Les salarié-es du secteur santé doivent bénéficier de droits et de pouvoirs nouveaux.

  • Les violences contre les femmes ne sont hélas toujours pas éradiquées, malgré la loi du 9 Juillet 2010. Souffrirait-elle du manque de moyens et d'insuffisances pour sa réelle application ?

  • Créons les conditions de l’adoption d'une loi cadre, comportant des mesures de prévention, d’éducation et de sanctions avec des moyens humains et financiers pour leurs mises en œuvre.

 

A bas l'austérité, ce remède qui aggrave la crise ! Pendant que les grands groupes du CAC 40 vont toucher 20 milliards d'euros, des milliers de femmes et d'hommes renonceront à leurs besoins les plus élémentaires. Cela suffit.

Nous sommes solidaires de toutes ces femmes qui agissent partout dans le monde contre l'oppresseur quel qu’il soit, partout, les voix des femmes se lèvent pour la liberté, la paix, la dignité et l'émancipation humaine.

 

Il est grand temps de mobiliser l’argent, les pouvoirs dans le sens des intérêts populaires.

Citoyennes, militantes, féministes, rebelles, ensemble, nous sommes une force déterminante pouvant obliger la gauche gouvernementale à ne pas écouter les sirènes de ceux qui méprisent les femmes et les hommes.

Partout, mobilisons- nous pour faire triompher nos espoirs, ceux de toutes les femmes de la planète, créons cette belle chaîne de la sororité, féminin de fraternité.

Nous sommes solidaires de toutes ces femmes qui agissent partout dans le monde contre loppresseur quel quil soit. Tunisiennes, Egyptiennes, Iraniennes, Syriennes, Palestiniennes, Maliennes, partout la voix des femmes se lèvent pour la liberté, la paix, la dignité et l’émancipation humaine.

Les femmes ont été à la pointe de ce que l’on nomme ‘’printemps arables’’ et aujourd’hui encore, elles sont au premier rang pour empêcher les dérives sectaires, autoritaires et obscurantistes qui veulent entraver les mouvements de libération des peuples.

En ce 8 mars 2013, nous tenons à faire entendre nos exigences pour libérer les sociétés du poids de la domination masculine (le patriarcat), pour permettre dévoluer dun pas de géant dans lintérêt des besoins humains.

Alors prenons la parole et participons à amplifier l’aspiration d’un vrai changement.

 

Source PCF

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans POLITIQUE
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 15:14

hugo-chavez.jpg

 

Au nom du Parti communiste français et en mon nom propre, je voudrais saluer la mémoire du président Hugo Chavez Frias décédé le 5 mars après avoir affronté courageusement une longue maladie.


Le peuple vénézuélien perd un dirigeant, sans doute le plus important dans son histoire récente, qui a changé radicalement ses destinées. Il reste le président des gens modestes qui a apporté des avancées démocratiques et sociales sans précédent.

 

Sous sa présidence, le Venezuela est devenu un pays indépendant et libre de la domination des pires fléaux du sous-développement dans lequel l'avaient laissé des décennies de gouvernement des forces corrompues et soumises à l’hégémonie étasunienne.


Son décès est aussi une grande perte pour l'Amérique latine tout entière, pour tous ces pays avec qui le Venezuela a développé des relations de coopération et de solidarité, pour tous les gouvernements progressistes avec qui le président Hugo Chavez Frias a commencé à construire une union continentale fondée sur le développement humain et le respect des souverainetés.


Je tiens à transmettre à son peuple, à sa famille, au vice-président Nicolas Maduro et à tous les révolutionnaires vénézuéliens nos plus attristées condoléances et toute notre solidarité. Nous sommes confiants dans l'avenir de la révolution bolivarienne et des peuples de l'Amérique latine forts de l'œuvre qu'il laisse.


Pierre Laurent, secrétaire national du PCF,

Paris, le 6 mars 2013.

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans POLITIQUE
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 11:50
imposer l alternative l aust ritUne déclaration des élus du groupe communiste et Front de gauche au Conseil général à propos du projet de budget 2013

Le projet de budget 2013 proposé par les élus socialistes avec lesquels nous partageons la majorité du Conseil général est à ce jour un budget d’austérité : 35 millions de coupes sur les différents secteurs d’un côté, et de l’autre, une augmentation de 7,5 points sur les impôts fonciers. S’ajoutent à cela des augmentations pour les habitants (carte améthyste, cantines, etc.). Autrement dit, on va demander aux habitants de la Seine-Saint-Denis de débourser beaucoup plus pour encore moins de services publics rendus !

 

Depuis des semaines, notre groupe communiste et Front de Gauche tente de convaincre les conseillers généraux socialistes de revenir sur ces choix budgétaires qui auraient de lourdes conséquences pour la population. D’autant que depuis 4 ans, les impôts ont augmenté de plus de 20 % et des coupes ont déjà touché durement le budget départemental. Les quelques avancées que nous avons pu obtenir ces derniers jours restent bien insuffisantes. C’est pourquoi notre groupe élabore en ce moment un budget alternatif qui prend en compte les véritables besoins de nos concitoyens.

Convaincus qu’une alternative à l’austérité est possible, urgente et nécessaire, nous avons proposé à la majorité :

  • de continuer d’exiger de l’Etat ce qu’il nous doit (1,6 milliard d'euros) et de demander dans un premier temps les 200 millions d’euros correspondant aux charges non compensées depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir. 
  • de voter un budget en déséquilibre dans lequel nous inscririons les dépenses utiles sans les amputer. Nous n’imaginons pas, en effet, qu’un préfet sous la houlette d’un gouvernement socialiste, oserait effectuer des coupes antisociales dans le budget qu’il lui incomberait de valider !

Notre but est de mener conjointement avec nos collègues socialistes un véritable combat contre l’austérité au sein de notre collectivité et pour des conditions de vie dignes des Séquano-dionysiens.

Si le président du Conseil général, Stéphane Troussel, se félicite d’avoir obtenu du gouvernement une aide significative de 25 millions d’euros, celle-ci est loin d’être à la hauteur des besoins. La situation de la Seine-Saint-Denis, déjà catastrophique, risquerait de le devenir plus encore en 2014 car l’Etat s’apprête désormais à priver l’ensemble des collectivités de 6 milliards supplémentaires… Pourtant, le même Stéphane Troussel s’indignait dans Libération la semaine dernière, en déclarant : « A quoi cela rimerait-il si le gouvernement me prend d’une main ce qu’il m’a donné de l’autre ? ». A quoi cela rimerait-il en effet ?...

Qu’à cela ne tienne ! Même si à ce jour, les élus socialistes du Conseil général ne veulent pas entendre nos propositions, nous sommes décidés à continuer de négocier jusqu’au vote. Mais nous n’accepterons pas ce projet de budget.

Nous appelons toutes celles et ceux (citoyen-ne-s, associations, élu-e-s…) qui refusent cette austérité et réclament une alternative à se mobiliser d’ici le 21 mars en écrivant au président du Conseil général. L’enjeu est de taille : défendons notre département !

  Les élu-e-s du groupe communiste, citoyen, Front de Gauche pour une transformation  sociale et écologique du Conseil général de la Seine Saint Denis.


Bally Bagayoko, Josiane Bernard, Hervé Bramy, Gilles Garnier, Pascal Beaudet, Florence Haye, Jean-Jacques Karman, Pierre Laporte, Jean-Charles Negre, Belaïde Bedreddine, Jacqueline Rouillon, Abdel-Madjid Sadi, Azzedine Taïbi.

Repost 0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 16:50

logoFdG

 

Communiqué du Front de gauche

 

Le Front de gauche tient à saluer l'adoption par le Sénat de la proposition de loi déposé par le groupe CRC/Front de Gauche pour l'amnistie sociale. La lutte contre la criminalisation des syndicalistes et de toutes celles et tous ceux qui se battent pour l'égalité des droits et la justice est un enjeu démocratique fondamental. Il s'agit d'un premier succès qu'il faut amplifier jusqu'au vote de l'Assemblée Nationale afin que l'amnistie n'oublie personne. 

Les protestations de Laurence Parisot et de tous les libéraux démontrent que le patronat n'a en rien abandonné la lutte de classe ! Ils s'étouffent dans leur propre arrogance, face à la juste reconnaissance du combat mené par des hommes et des femmes qui n'acceptent pas l'arbitraire et la toute puissance du pouvoir patronal. 

Le projet de loi voté permettra l'amnistie de faits commis à l'occasion de conflits du travail, d'activité syndicale ou revendicatives y compris dans le cadre de manifestations sur la voie publique  et pour des faits relatifs à la défense du droit au logement ou à l'école. 

Le Front de gauche regrette que les amendements du groupe socialiste aient amoindri la portée de cette loi en excluant du bénéfice de l'amnistie les faits liés a des actions concernant la santé, l'environnement (OGM...) ou encore les droits des migrants (RESF) et cela en contradiction avec une loi récente votée au parlement abrogeant le délit de solidarité. En ne prenant en compte que les poursuites intentées depuis le 1er janvier 2007 et non depuis la dernière loi d'amnistie de 2002, début des 10 ans de gouvernement de droite et en excluant une partie de celles et ceux condamnés pour d'autres faits que ceux portant atteintes aux biens, des syndicalistes ne seront pas concerné-e-s par cette amnistie. 

A l'occasion du débat qui aura lieu à l'assemblée nationale pour l'adoption définitive de cette loi, tous les député-e-s et tous les députés de gauche, PS, Radicaux, EELV, doivent élargir cette loi, comme le réclament les parlementaires du Front de gauche, à toutes les militantes et tous les militants agissant au bénéfice de l'intérêt général dans l'ensemble du champ social.  

Le Front de gauche prendra de nouvelles initiatives de mobilisation pour contribuer au rassemblement le plus large pour la défense des libertés syndicales et associatives. Il appelle toutes les organisations syndicales et les associations, en particulier celles concernées par les restrictions apportées à la loi et plus globalement toutes les citoyennes et tous les citoyens, à interpeller, dans ce sens, leur député-e dans leur circonscription.

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans POLITIQUE
commenter cet article