Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azzédine TAIBI
  • Azzédine TAIBI
  • : Bienvenue sur mon blog. Il vous rendra compte de mon action et de mon engagement en tant qu'élu à la Mairie de Stains et au Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Il vous informera de mes prises de position et des combats politiques que je mène au quotidien avec et pour les citoyens. Ce blog est aussi l'occasion de recueillir vos remarques et vos propositions pour construire une alternative politique. Alors sans plus tarder, bonne visite et à très bientôt !
  • Contact

Archives

Liste D'articles

Pages

26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 10:37

Bally-BAGAYOKOUne déclaration de Bally Bagayoko,

Maire-adjoint de Saint-Denis et Vice-président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis.

 

 

 

 

Le récépissé du contrôle d’identité qui était un engagement du candidat Hollande, aujourd’hui Président de la République ne verra pas le jour. Ainsi en a décidé, de façon unilatérale, le Ministre de l’Intérieur, Manuel Valls.

 

Cette proposition, si elle ne réglait pas sur le fond le problème des contrôles de police « au faciès », aurait donné un signal fort de la volonté d’impulser un changement radical dans les comportements. On en reste à cette situation détestable et si mal vécue dans les quartiers, d’un harcèlement gratuit et inefficace pour la sécurité et qui pourrit la relation entre  Citoyens et Service public de tranquillité.

 

Ce récépissé, symbolique d’une nouvelle politique, aurait pu mettre fin à beaucoup de tensions inutiles, d’incompréhensions en répondant aux attentes de ceux qui attendent de la gauche une autre approche de la jeunesse des quartiers.

 

Je désapprouve totalement cette décision personnelle  du Ministre de l’Intérieur et qui en dit long sur la réalité du changement attendu par la population, notamment dans les couches populaires qui attendent sur cette question, comme sur d’autres, des avancées visibles et non la reproduction, copie conforme, d’un discours, de postures singeant, sans retenue, un Nicolas Sarkozy qu’il serait dangereux de réhabiliter.

 

En abandonnant cette proposition, le Gouvernement socialiste fait le choix de laisser perdurer des méthodes indignes d’une République évoluée et laisse une fois de plus ces quartiers et les populations qui les composent à la merci de l’arbitraire. Ce n’est pas acceptable et le silence complice de l’ensemble de la majorité présidentielle reste insupportable et pas à la hauteur de l’enjeu. Et ce ne sont pas de timides tentatives individuelles de camouflages qui masqueront l’abandon. En effet, pourquoi expérimenter ici ou là sinon pour habiller le recul. Sauf à penser que François Hollande avait avancé cette mesure à la légère….ou pire !

 

Et puis, soyons clairs : nos quartiers, notre département ont trop souvent été des zones d’expérimentations diverses, ….. sans que nos situations s’améliorent. Pour tout dire nous ne sommes pas des cobayes que les ministres de tout bord viendraient visiter pour enrichir leur press-book et mettre à l’essai leurs « bonnes idées »…

 

Nous sommes nombreux, français de toutes origines, à avoir contribué à la chute de Sarkozy et de son idéologie d’oppositions et de divisions d’une société désormais métissée où chacun entend être respecté. Notre contribution ne mérite pas un tel renoncement, brutal et cynique.

 

Comme beaucoup, j’attends que le gouvernement de gauche soit au rendez vous de la lutte contre le traitement des citoyens « au faciès ».

Et en plus, ça ne coûte pas d’argent !!

 

Ce refus de la mise en place du récépissé traduit la volonté du Ministre :

 

-         De ne  pas donner la possibilité à ceux qui sont victimes de contrôles abusifs de le prouver et de rendre difficile les possibilités de recours pour les victimes

-         D’éviter de rentrer dans une logique citoyenne et pédagogique des officiers qui auraient à expliquer le motif de leur acte

-         De rendre officiel le droit de délie de faciès

-         De prendre acte que la question de l’égalité face au contrôle n’est pas un sujet de préoccupation

-         De ne pas donner la possibilité d’évaluer et de suivre l’usage du pouvoir de contrôle

-         De rendre impossible le dialogue entre police et citoyens.

-         De conforter une relégation sociale assumée au plus haut niveau de l’Etat, à côté d’autres processus de relégation économique (chômage, etc.).

 

C’est un constat amer pour les populations concernées, y compris pour ceux des policiers qui ont une autre conception de leur rôle et de leur métier pour rendre la dignité au service public de police.

 

Comme avant, le gouvernement tout entier a cédé aux pressions de certains syndicats de la police et en flattant les tenants d’une politique sécuritaire, croit s’attacher les faveurs d’une majorité de nos concitoyens sur ce point, en compensation de sa chute dans les sondages pour absence de réponse aux attentes sociales.

 

Je qualifie ce renoncement du Ministre de l’Intérieur qui, en tous points, met ses pas dans ceux de ses glorieux prédécesseurs Sarkozy, Hortefeux et Guéant, comme une humiliation de plus à l’égard de nos populations.

 

Elu et militant de gauche, je ne peux l’accepter alors que dans d’autres pays, Royaume Uni, Espagne, certains Etats des USA, la délivrance d’un récépissé à chaque contrôle a été un outil intéressant pour changer et améliorer les rapports entre les jeunes, principale cible, et les agents du service public de police.

 

Le changement là aussi, ce n’est pas pour maintenant. Mais nous le savions : il ne dépend que de nous. Ensemble, attaquons le chantier du changement, Imposons le !!

Partager cet article

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans CONSEIL GENERAL
commenter cet article

commentaires