Je me souviens de ma première rencontre avec Mouloud, c'était le 17 octobre 1991, lors de la manifestation pour la commémoration du  30° anniversaire du 17 octobre 1961, un moment  dont je ne suis pas prêt d'oublier quand je suis allé à sa rencontre en début de cortège et nous avons discuté. Il a fait preuve d'une simplicité et d'une disponibilité incroyable. Et grâce à lui, il  m'a redonné le goût à l'action et au combat politique.


Depuis cette date, nous ne nous sommes plus quitté et nous nous sommes retrouvé dans de nombreuses actions.


Je me souviens aussi de la bataille que nous avons mené afin qu'il obtienne une Vice-présidence à la Région, quand il fut élu Conseiller régional d’Ile de France, en tant que tête de liste en Seine-Saint-Denis de la liste de rassemblement menée par le Parti communiste français. Quelle fièreté pour ce Département !

Mais Jean-Paul Huchon lui refusa cependant la vice-présidence, bien qu'il est été proposé par le groupe communiste, arguant qu'il avait tenu par le passé des « propos contestables ».

 

et pour finir comment ne pas oublier notre déplacement, à deux reprises, en Palestine, dans les territoires occupés de Gaza et de Cisjordanie.

Dès notre retour, il a eu le courage politique d'organiser une conférece de presse dans les locaux du MRAP à Paris, pour y dénoncer la politique meurtrière menée par Sharon.

 

Beaucoup de bons souvenirs me viennent en tête quand je pense à Mouloud, à cet ami, ce camarade, ce grand frère pour qui j'avais une grande estime.

 

Mouloud, là ou tu es, sache que je continuerai l'action que tu as su si bien mené pour combattre toutes les formes d'injustices et pour construire véritablement un autre monde.

 

A Annie sa compagne, à ses enfants, à sa famille, j'adresse toutes mes fraternelles condoléances.

 

Azzédine TAIBI