Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azzédine TAIBI
  • Azzédine TAIBI
  • : Bienvenue sur mon blog. Il vous rendra compte de mon action et de mon engagement en tant qu'élu à la Mairie de Stains et au Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Il vous informera de mes prises de position et des combats politiques que je mène au quotidien avec et pour les citoyens. Ce blog est aussi l'occasion de recueillir vos remarques et vos propositions pour construire une alternative politique. Alors sans plus tarder, bonne visite et à très bientôt !
  • Contact

Archives

Liste D'articles

Pages

26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 11:51

logo ssd 1

 

L’humain d’abord, nouvelle boussole pour soutenir des services publics forts !

 

Le compte administratif 2011 (soit l’état des dépenses et des recettes à l’issue de l’exercice budgétaire 2011), présenté lors de la séance du Conseil général du 21 juin, a donné lieu à un vif débat entre les élus des groupes UMP, Nouveau Centre et ceux Front de gauche.

 

Jacques Chaussat, conseiller général centriste d'Aulnay-sous-Bois a demandé "quelles seraient les prochaines coupes budgétaires pour réduire la dette publique?". Jean Michel Bluteau, conseiller général UMP de Villemomble a interpellé les élus socialistes, "qui ont maintenant les pleins pouvoirs", sur le remboursement la dette de plus d’1 milliards € de l'Etat à notre département au titre des transferts de charges (RSA, APA PCH).

 

Pierre Laporte, Gilles Garnier et Jean Jacques Karman, élus du Front de Gauche, se sont étonnés  d'entendre la droite réclamer au gouvernement de François Hollande ce qu'elle n'avait jamais exigé du gouvernement de N. Sarkozy, elle qui n'a cessé de vouloir réduire les dépenses de personnel du département et réduire les services aux habitants.

 

Pierre Laporte a souligné que la baisse drastique des dépenses publiques, comme en Grèce, a provoqué une crise toujours plus profonde et que ce sont les mêmes recettes qui nous ont mené à la catastrophe actuelle qu’ils veulent encore imposer. A propos des emprunts toxiques, tant ceux du département que ceux des établissements publics comme l’Hôpital de Montreuil, on cherche à culpabiliser les victimes et on gomme la responsabilité des banques qui ont construit ces montages délirants en s’engouffrant dans la folie spéculative. C’est aujourd’hui aux peuples que l’on demande de payer la facture. La droite dédouane un système bancaire tourné exclusivement vers le profit des marchés financiers.

 

Il a rappelé que la B.C.E prêtait au taux de 1% aux banques mais pas aux Etats ni aux collectivités qui devaient solliciter les banques à des taux beaucoup plus élevés. Il a rappelé  le danger pour le conseil général de soutenir des dépenses pérennes par des recettes incertaines comme les Droits de mutations, choix d’autant plus absurde que ceux-ci sont basés sur la spéculation immobilière. Jean Jacques Karman s'est étonné que la dette de l'Etat devienne aujourd'hui le cheval de bataille de la droite alors que précédemment elle l’expliquait par le résultat d’une mauvaise gestion.

 

Par ailleurs, Les élus du Front de Gauche ont demandé un audit sur la dette du département. Jean Jacques Karman s'est d'ailleurs étonné qu'elle ne figure pas dans les documents transmis aux conseillers généraux. S'agit-il d'un éventuel projet d'annulation de cette dette afin, comme l'a décidé le maire de Paris dernièrement, de faciliter le travail du nouveau Président de la République ?

 

Gilles Garnier a appelé de ses vœux une nouvelle réforme territoriale pour rétablir le pacte de confiance entre l'Etat et les collectivités ainsi qu’une réforme de la fiscalité locale pour leur donner les moyens d’un service public fort.

 

Le groupe des élus du Front de Gauche attend de la majorité présidentielle un signe fort pour les collectivités, notamment, lors du très prochain collectif budgétaire comme du futur budget de l’Etat. Les collectivités qui représentent 10% de la dette nationale et 70% de l’investissement public ainsi que la satisfaction des besoins humains ne peuvent plus être une variable d’ajustement dans la réduction des déficits publics.

Partager cet article

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans SEANCES DU CONSEIL GENERAL
commenter cet article

commentaires