Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azzédine TAIBI
  • Azzédine TAIBI
  • : Bienvenue sur mon blog. Il vous rendra compte de mon action et de mon engagement en tant qu'élu à la Mairie de Stains et au Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Il vous informera de mes prises de position et des combats politiques que je mène au quotidien avec et pour les citoyens. Ce blog est aussi l'occasion de recueillir vos remarques et vos propositions pour construire une alternative politique. Alors sans plus tarder, bonne visite et à très bientôt !
  • Contact

Archives

Liste D'articles

Pages

2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 18:42

logo ssd 1

 

L’annonce du plan de rattrapage des équipements sportifs en Seine-Saint-Denis revu à la baisse : La Seine-Saint-Denis demande que l’Etat tienne ses engagements !

 

Ce lundi, à Drancy, les Ministres David Douillet et Maurice Leroy, sont venus annoncer la mise en place du plan de rattrapage pour les équipements sportifs de la Seine-Saint-Denis, dont  nous n’avions plus entendu parler depuis plusieurs mois et sur lequel j’avais interrogé le Ministre des Sports, par courrier, dès les premiers jours de sa nomination.

 

Si je prends acte de cette décision rassurante de la confirmation de ce plan de rattrapage, tant attendu par le mouvement sportif, les habitants et les élus de notre Département,  je regrette que nous soyons encore loin du compte.

 

De fait, ce recul de 20 à 15 millions d’euros est considérable, alors que même l’enveloppe des 20 millions d’euros ne répondait pas aux besoins importants de la Seine-Saint-Denis.

Déjà dernier département francilien en nombre de licences et d’associations sportives (185 000 licences pour 1 900 clubs) malgré une population importante et jeune, il fait également partie des derniers départements français en termes d’équipements sportifs.

 

L’enjeu est de taille car, le sport, tant dans sa dimension éducative que dans les valeurs qu’il porte est un pilier déterminant dans notre société.  

 

Sans doute plus qu’ailleurs, notre département a besoin d’une pratique sportive soucieuse du développement des enfants et des jeunes avec des équipements qui offrent de bonnes conditions.

Aussi, est-il important de mobiliser des moyens et des ressources pour contribuer au rééquilibrage afin que les habitants de notre Département puissent jouir d’un égal accès à des pratiques diversifiées.

 

Et c’est pour combler ce retard dont il porte une grande responsabilité que l’Etat a annoncé un plan d’urgence des équipements sportifs pour la Seine-Saint-Denis.

 

La Seine-Saint-Denis ne fait pas l’aumône, elle réclame tout simplement justice et a dû injustement subir le retard de l’Etat dans ce domaine. Elle est encore une fois lésée.

 

Le Ministre Maurice Leroy l’a lui-même reconnu dans son discours : « Le département de la Seine-Saint-Denis, s’il a fait vivre les couleurs de la France au niveau sportif, est hélas emblématique d’une pratique insuffisante du sport. C’est d’abord l’avant dernier département de France en taux d’équipement par habitant. La pratique sportive est limitée par des freins économiques et sociaux et les structures sportives sont sous-encadrées tant par des moyens financiers insuffisants, qu’en raison d’une pénurie de professionnels qualifiés ».

 

Pourtant, les décisions gouvernementales que nous dénonçons aujourd’hui assombrissent les perspectives de développement du sport en Seine-Saint-Denis et revoient à la baisse les exigences de rétablir un équilibre territorial en matière d’équipements sportifs.

 

En parallèle, les désengagements de l’Etat en de nombreux domaines et les transferts de charges non compensés amènent les Collectivités à des situations financières de plus en plus difficiles et dramatiques pour nos habitants.

 

Le Département dont  les finances sont mises à mal doit cette année encore, faire face aux transferts de charges non compensés et à la réduction de recettes face à l’augmentation des besoins de nos habitants. Il avait ainsi décidé de participer à hauteur de 12, 5 millions sur 5 ans au plan de rattrapage de l’Etat de 20 millions pour la réhabilitation des équipements sportifs de la Seine-Saint-Denis qui ont été sélectionnés dans le cadre de ce plan.

 

Les communes n’auront pas les moyens de payer et il est hors de question que le Conseil général compense la différence dans la mesure où son engagement financier est déjà conséquent.

 

Résultat : certains projets risquent de ne jamais voir le jour… et la baisse de l’enveloppe de ce plan risque de compromettre les projets des villes les plus en difficulté de notre Département, je pense en particulier aux villes de Clichy, Montfermeil, Pierrefitte, Sevran et Stains. Ces villes espéraient obtenir de la part de l’Etat un cofinancement à hauteur de 50 %. Pour ma part, je regrette cette décision injuste qui creuse davantage les inégalités !

 

Il est inenvisageable de demander aux collectivités de fournir encore plus d’efforts et compenser cette marche arrière de l’Etat. C’est la solidarité nationale qui doit prévaloir et prendre en compte la situation que connaît notre département en matière d’insuffisance et de vétusté des équipements sportifs.

Par ailleurs, il faudra que le CNDS (Comité national du développement national) soit bienveillant dans l’instruction des dossiers à la présentation des projets des villes de la Seine-Saint-Denis dans le cadre de ce plan, car leurs financements sont essentiels.

 

Parce que la Seine-Saint-Denis est riche d’un mouvement sportif dynamique et solidaire, et je tiens à leur rendre hommage pour l’action et l’engagement déployés au quotidien et sans relâche sur le terrain.

 

Et parce que je suis déterminé à continuer la bataille pour les habitants de la Seine-Saint-Denis, avec l’ensemble des acteurs, persuadés que d’autres choix sont possibles, je vais proposer une table ronde au Ministre des Sports qui portera sur la baisse de 20 à 15 millions d’euros et plus globalement sur l’avenir de la pratique sportive et des équipements sportifs, et dans laquelle, les élus, les acteurs du mouvement sportif, les services des collectivités et de l’Etat auront toute leur place.

 

 

Azzédine TAIBI

Vice-président du conseil général de la Seine-Saint-Denis

le 29 novembre 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans CONSEIL GENERAL
commenter cet article

commentaires