Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azzédine TAIBI
  • Azzédine TAIBI
  • : Bienvenue sur mon blog. Il vous rendra compte de mon action et de mon engagement en tant qu'élu à la Mairie de Stains et au Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Il vous informera de mes prises de position et des combats politiques que je mène au quotidien avec et pour les citoyens. Ce blog est aussi l'occasion de recueillir vos remarques et vos propositions pour construire une alternative politique. Alors sans plus tarder, bonne visite et à très bientôt !
  • Contact

Archives

Liste D'articles

Pages

20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 10:29

IMG_0098.jpg

 

Monsieur le Député-maire honoraire,

Monsieur le Maire,

Mesdames et Messieurs les Elu-e-s,

Messieurs les anciens combattants,

Cher (es) collégiennes et collégiens du collège Joliot-Curie,

Cher (es) professeurs,

Cher (es) ami-e-s,

Mesdames, Messieurs,

 

 

C’est avec beaucoup d’émotion que nous sommes rassemblés aujourd’hui, pour commémorer le 51ème anniversaire du cessez-le-feu officiel en Algérie, qui mit fin à 130 de colonisation et 8 années d’une guerre sanglante. De 1954 à 1962, la guerre d’Algérie a fait de nombreuses victimes, civiles et militaires, Algériennes et Françaises.

 

En ce 19 mars 2013, cette cérémonie a un goût particulier. Depuis longtemps déjà à Stains nous commémorons cette date, avec l’ensemble des Stanois et les anciens combattants. Mais aujourd’hui et pour la première fois, nous célébrons une date reconnue nationalement comme la journée officielle de Souvenir et de Recueillement, en mémoire des victimes, militaires et civiles, françaises et algériennes de cette terrible guerre.

 

Pendant trop longtemps l’Etat français a nié la réalité, refusant de parler de guerre d’Algérie, préférant évoquer des événements, des opérations de maintien de l’ordre, des opérations de maintien de la paix civile, tant de mots pour dissimuler aux yeux des Français ce qui n’était alors rien d’autre qu’une terrible guerre.

 

 Il faut attendre le 18 octobre 1999, pour que l’Assemblée Nationale Française reconnaisse officiellement, qu’il s’agissait bien d’une guerre  ne pouvant porter d’autre nom. Même si ce fut un soulagement et une victoire, cette simple reconnaissance était loin d’être suffisante pour ceux qui avaient été marqué dans leur histoire personnelle, dans leurs familles et dans leur chair par cette terrible tragédie.

 

L’année dernière, nous étions rassemblés, pour célébrer le 50ème anniversaire de la fin de  la Guerre, mais aussi pour exiger la fin d’une injustice historique. Aujourd’hui, un nouveau pas a été franchi pour la reconnaissance et l’acceptation de ce passé tumultueux.

 

Si  cela survient très tard,  c’est une victoire que nous pouvons célébrer. Le 6 décembre 2012, le président de la République promulguait la loi officialisant la date anniversaire du cessez le feu de la Guerre d’Algérie.

 

Enfin, la date du 19 Mars appartient à l’Histoire de tous les Français. Une journée pour se recueillir et se souvenir.

 

Se souvenir de ces 2 millions de Français de Métropole mobilisés en Algérie. Il convient de préciser que beaucoup d’entre eux ont répondu à un appel de la République, pensant remplir leur devoir de citoyen.

 

Ne pas oublier ces 25 000 Français de métropole tombés en Algérie. Parmi eux, 4 stanois, fauchés dans leur jeunesse.

Se souvenir de ces combattants Algériens, engagés dans l’Armé de Libération Nationale, qui aspiraient après un siècle de domination coloniale, au plus fondamental des droits humains : la liberté.

 

Garder en mémoire le million de civils algériens morts dans ce conflit.

 

Se souvenir des milliers de Harkis, volontaires ou forcés, confiants en cette République Française qui a fini par les oublier.

 

Ne pas occulter la souffrance des pieds-noirs, car même si leur installation sur les terres d’Algérie est le résultat d’une politique coloniale condamnable, nous ne pouvons nier la douleur et le sentiment de déchirement qui a pu habiter ceux qui ont été contraints d’abandonner leur foyer, leurs biens, leur rêves d’avenirs, leur morts enterrés sur une terre qu’ils considéraient comme la leur.

 

Aussi différents qu’ils soient, tous les acteurs de cette guerre sont les victimes de la politique coloniale de l’époque.

 

L’entreprise coloniale, dissimulée sous le doux nom d’entreprise civilisatrice, présentée comme génératrice de développement économique et social, a  consisté en une  spoliation systématique des biens et des terres, à la négation des droits fondamentaux  des peuples, engendrant un siècle et demi plus tard une guerre  qui marquera profondément plusieurs générations de Français et d’Algérien. 

 

L’Empire Colonial Français était célébré comme le symbole de la grandeur de la France, alors que la Nation France n’est jamais plus grande que lorsqu’elle exalte le droit de chaque être humain, de chaque peuple à être libre et maître de son destin.

C’est cette France, éprise de paix, de liberté, de fraternité que nous aimons, celle que nous voulons pour nos enfants. Mais la sagesse ne découle pas de l’oubli ou de l’occultation. C’est le résultat d’un processus qui nécessite que l’on retienne les leçons des erreurs passées. Il est impératif d’enseigner cela aux jeunes générations, d’en tirer toutes les conséquences pour que l’histoire ne se répète pas.

 

Pour que la France et l’Algérie puisse continuer  leur chemin, pour que nos peuple puissent sereinement se tourner vers l’avenir

La Mémoire et l’acceptation de notre passé commun est la condition qui permettra à nos deux peuples, Français et Algérien, de construire une relation de confiance, dans laquelle les mots d’ordre seront le respect, la tolérance et la fraternité.

      Je vous remercie.

Partager cet article

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans VILLE DE STAINS
commenter cet article

commentaires

nono 20/03/2013 11:42


Je suis désolé de ne pas être venus à la cérémonie javais un rendez-vous à l'hospital, je pensais pourvoir me libérer avant mais les choses en ont faites autrement. je te souhaite un bonne
journée Nono et Hélène

azzédine TAIBI 25/03/2013 11:55



bonjour Hélène et Nono, il n'y aucun souci et en espérant qu'il y rien de grave.


à très bientôt et bonne journée


azzédine