Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azzédine TAIBI
  • Azzédine TAIBI
  • : Bienvenue sur mon blog. Il vous rendra compte de mon action et de mon engagement en tant qu'élu à la Mairie de Stains et au Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Il vous informera de mes prises de position et des combats politiques que je mène au quotidien avec et pour les citoyens. Ce blog est aussi l'occasion de recueillir vos remarques et vos propositions pour construire une alternative politique. Alors sans plus tarder, bonne visite et à très bientôt !
  • Contact

Archives

Liste D'articles

Pages

9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 21:54

Présence musulmane croissante dans l'armée

La tragédie qui a touché trois parachutistes français à Toulouse et à Montauban nous éclaire sur une récente évolution sociologique que traversent les armées françaises. En effet, avec trois soldats issus de l'immigration maghrébine et un quatrième ultramarin, l'auteur de ces actes a visé ce que d'aucuns appellent des "minorités visibles".

Or, depuis la suspension de la conscription annoncée par Jacques Chirac en 1996, le visage des armées s'est modifié. Confrontée à des impératifs de recrutement massif, l'institution militaire a élaboré des stratégies pour attirer des femmes et des minorités visibles. Celles-ci se sont traduites par une diversification de ses effectifs. Aujourd'hui, avec près de 15 % de femmes, les armées françaises figurent parmi les plus féminisées d'Europe.

Peu représentées au sein du haut commandement, les minorités visibles forment, en revanche, une part conséquente des soldats du rang et une part grandissante chez les sous-officiers. L'attraction exercée par les armées sur les jeunes issus de quartiers populaires demeure un phénomène méconnu du grand public. Ils ne suscitent que peu d'intérêt dans les médias, plus souvent enclins à évoquer ces segments de population sous le prisme des émeutes et de l'insécurité. Pourtant le phénomène est assez significatif pour que l'on y prête attention. En proie à des logiques de discrimination et à un marché du travail en crise, nombre de jeunes issus de l'immigration perçoivent dans l'institution militaire une réponse à leurs difficultés socioprofessionnelles. Beaucoup trouvent également dans des carrières militaires le moyen d'affirmer leur adhésion aux valeurs d'égalité et de méritocratie républicaine.

D'autres y cherchent un espace de stabilisation sociale et affective. Selon cette logique, la trajectoire de Mohamed Merah qui avait tenté d'intégrer à deux reprises les armées avant de se radicaliser religieusement n'est pas aussi étonnante qu'il y paraît. A travers mes recherches sur l'engagement des minorités ethniques au sein des forces armées françaises, j'ai pu identifier les nombreux parallèles qui existent entre l'adhésion à une pratique religieuse radicale et l'enrôlement militaire. On retrouve, dans les deux cas, la quête d'une identité positive dans un univers social structurant. Les deux institutions ont la capacité de pallier les carences identitaires des individus en leur imposant un cadre normatif.

AUMÔNERIE MUSULMANE

La présence croissante de musulmans sous les drapeaux n'est pas sans générer un certain nombre de tensions et de questionnements. L'institution militaire s'est adaptée, en instaurant, par exemple, l'égalité entre l'islam et les autres religions par la création, en 2006, d'une aumônerie musulmane sur le modèle des autres aumôneries. A la marge, certains soldats peuvent percevoir d'un oeil suspicieux cette évolution sociologique, symbole d'une France de plus en plus diverse et aux antipodes de leurs fantasmes d'homogénéité nationale. La question de l'allégeance des soldats de confession musulmane a aussi fait couler beaucoup d'encre.

En 2009, un fantassin musulman du 1er régiment de Sarrebourg refusait d'être envoyé en Afghanistan au nom de ses convictions religieuses. Mais la surmédiatisation d'un cas isolé ne doit pas occulter la parfaite loyauté de milliers de musulmans engagés aux quatre coins du globe.

L'engagement de ces soldats constitue l'exemple type de dynamique sociétale et institutionnelle qui gagnerait à être valorisée et relayée par la classe politique. Malheureusement, ce n'est pas l'option privilégiée durant ces dernières années. A l'instar de leurs homologues civils, les militaires de confession musulmane déplorent les "petites phrases" et les discours de stigmatisation dont fait l'objet leur religion, de surcroît lorsque ces attaques proviennent des élites politiques. Bref, la dictature des polémiques prime sur les évolutions sociétales de fond et le renforcement du pacte républicain, seule condition du vivre-ensemble.


Elyamine Settoul est l'auteur d'une thèse sur l'engagement des militaires issus de l'immigration.

Partager cet article

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans DIVERS
commenter cet article

commentaires