Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azzédine TAIBI
  • Azzédine TAIBI
  • : Bienvenue sur mon blog. Il vous rendra compte de mon action et de mon engagement en tant qu'élu à la Mairie de Stains et au Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Il vous informera de mes prises de position et des combats politiques que je mène au quotidien avec et pour les citoyens. Ce blog est aussi l'occasion de recueillir vos remarques et vos propositions pour construire une alternative politique. Alors sans plus tarder, bonne visite et à très bientôt !
  • Contact

Archives

Liste D'articles

Pages

11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 10:28

« Les politiques ont perdu leur rapport charnel à la France »

La section socialiste de Saint-Pierre-des-Corps a organisé vendredi soir, dans le quartier populaire de la Rabaterie, un débat en compagnie du sociologue El Yamine Soum. Egalement diplômé de relations internationales et d’études latino-américaines, ce chercheur de 32 ans ayant grandi dans la région tourangelle a mené des travaux à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) notamment sur les questions de cohésion sociale. Son dernier livre, La France que nous voulons (éditions Les points sur les i), est un ouvrage collectif mené sous sa direction et collectant 50 propositions "francoptimistes" prenant à rebours les discours des déclinologues.

 

Que vous inspire la campagne actuelle ?

La campagne précédente, en 2007, fut passionnelle et dominée par une idée forte : celle de la rupture possible avec tout ce qui avait été fait auparavant. Dans la campagne actuelle, cette idée ne fonctionne plus. On a le sentiment que les électeurs vont aller voter dans une logique d’opposition. L’accélération de la démocratisation de la communication, avec toutes ces petites phrases, favorise du coup la création de boucs-émissaires faciles, que ce soit l’Europe, dont il faut avoir peur désormais, ou l’islam qui est au cœur des débats. Le problème est qu’à force de répéter que ces sujets sont des enjeux centraux, les gens peuvent y croire. On a beau savoir que c’est de la diversion politicienne, cela finit par prendre. Le cas du halal est exemplaire. Comment peut-on, comme l’a fait Nicolas Sarkozy, affirmer que le halal est la première préoccupation des Français et expliquer, deux jours plus tard, après avoir rencontré les dirigeants de la communauté musulmane française, qu’il n’y a plus de débat ? Tout cela clive les gens à l’arrivée.

 

Les Français ont-ils le sentiment qu’on leur parle vraiment de leurs problèmes ?

Sur le fond, on se rend compte qu’il y a peu de débat sur des questions essentielles comme l’industrie, la dette, la formation, l’emploi… Faire preuve de pédagogie est difficile pour les candidats dans les formats médiatiques d’aujourd’hui. La campagne précédente avait sacré l’usage du Net. Là, ce sont plutôt les chaînes d’information directe qui occupe l’espace et soumettent les candidats à une extrême surveillance. Elles jouent du coup un rôle central dans la fabrication des opinions.

 

Les candidats sont-ils tout simplement à la hauteur de l’enjeu ?

Ce qui me frappe le plus chez eux, c’est leur vision court-termiste. Ils sont dans le règlement des problèmes au jour le jour, mais n’ont aucune vision à long-terme pour le pays. A part peut-être Jean-Luc Mélenchon, aucun ne donne de cap à suivre. Pourquoi, par exemple, ne pas vouloir faire de la France le premier pays d’accueil des étudiants étrangers ? Paris jouit d’une attractivité exceptionnelle dans le monde et la formation des élites est l’un des enjeux les plus importants de demain selon l’Unesco : bref, tout est réuni pour redonner du rayonnement au pays et créer des emplois. Autre exemple, pourquoi ne pas vouloir refaire de la France la première destination touristique au monde, ce qu’elle n’est plus ? Ou encore valoriser le savoir-faire français qui fait rêver partout dans le monde ? Non, on préfère faire du bricolage plutôt que de se projeter vers demain. D’où ce registre communicationnel et émotionnel permanent chez certains candidats. Les politiques ont perdu leur rapport charnel à la France.

Partager cet article

Repost 0
Published by azzédine TAIBI - dans POLITIQUE
commenter cet article

commentaires