Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Azzédine TAIBI
  • Azzédine TAIBI
  • : Bienvenue sur mon blog. Il vous rendra compte de mon action et de mon engagement en tant qu'élu à la Mairie de Stains et au Conseil général de la Seine-Saint-Denis. Il vous informera de mes prises de position et des combats politiques que je mène au quotidien avec et pour les citoyens. Ce blog est aussi l'occasion de recueillir vos remarques et vos propositions pour construire une alternative politique. Alors sans plus tarder, bonne visite et à très bientôt !
  • Contact

Archives

Liste D'articles

Pages

15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 14:48

Le projet de loi créant la métropole du Grand Paris (Paris, Seine Saint-Denis, Val de Marne, Hauts de Seine) et dont la mise en place est prévue pour janvier 2016, remet gravement en cause la démocratie locale. Sous prétexte de "simplifier et moderniser" l’organisation de l’action publique, son élaboration conduit en réalité à une concentration jamais vue de tous les pouvoirs, contrairement aux lois de décentralisation.

Eu égard à l’annonce d’une dissolution prochaine des communautés d’agglomérations, nous craignons que cette attaque faîte au bloc communal réduise les villes à des arrondissements d’un monstre technocratique et bureaucratique puisqu’elles seront noyées dans des entités regroupant 200 000 à 300 000 habitants aux ordres de la gouvernance de la métropole. Que deviennent les contrats de développements territoriaux souvent initiés par les intercommunalités ? Ces dernières supprimées, qui conduira avec efficacité des projets attendus de tous ?

Que deviennent les élus ? Et que devient le citoyen ? Noyé dans une métropole de sept millions d’habitants, la gouvernance prônée par le projet de loi exclut l’habitant.

En outre, le fonctionnement préconisé permettrait à Paris d’obtenir une grande majorité des sièges au sein du Conseil métropolitain. Dès lors, on peut craindre que ses représentants imposent aux autres territoires leurs propres vues. Où est le progrès si les femmes et les hommes ne comptent plus, quelque soit leur lieu de vie ? Que devient la proximité, pierre angulaire de la décentralisation, choix politique qui veut que les services publics locaux soient mieux exercés lorsqu’ils sont au plus près des habitants ?

Quel avenir pour les départements et l’échelon qu’ils représentent au regard de cette gouvernance ? Si Paris, la Seine Saint Denis, les Hauts de Seine et le Val de Marne fusionnent, les Conseils généraux verront remises en cause leurs missions de service public, unanimement considérées comme un filet social et de soutien en matière d’éducation, de petite enfance, d’aides aux personnes en difficultés, aux personnes dépendantes, aux personnes victimes d’un handicap, d’emploi, de culture, de sport, d’aides aux associations, entre autres. S’il en était ainsi décidé, ce serait un profond recul.

Nous considérons donc que l’essence du projet de loi nie la nécessité d’une métropole solidaire et polycentrique, s’appuyant sur tous ces territoires, leurs spécificités, leurs atouts, leurs dynamiques. En recentralisant au niveau de la métropole, le gouvernement a fait le choix de détruire les dynamiques de coopération engagées depuis une quinzaine d’années par un très grand nombre de communes et de Conseils généraux. Alors que la métropole parisienne aurait tout à gagner en s’appuyant sur les coopérations mutuelles et démocratiques dans et hors du périmètre défini par la loi telles qu’elles existent depuis des années.

C’est de ça dont ont besoin les citoyens métropolitains. Nous nous opposons à ce qu’un nouveau coup soit porté à la Seine-Saint-Denis et à l’ensemble de ses habitants.



Pour toutes ces raisons, le Conseil général de Seine Saint Denis :

- dénonce la loi d’«affirmation des métropoles » ;

- dénonce le projet de loi qui fixe le contour de la métropole parisienne, mis en débat ;

- réaffirme la nécessité d’une métropole polycentrique, s’appuyant sur la coopération entre les territoires, solidaire et démocratique dont l’ensemble des citoyens métropolitains, Séquano-dionysiens en premier lieu, ont besoin ;

- rappelle son attachement aux échelons territoriaux gravement remis en cause et rappelle la nécessité d’achever et de conforter la construction des intercommunalités en tant que EPCI, en particulier sur les territoires de petite couronne;

- demande l’organisation d’une consultation démocratique des citoyens par référendum sur le territoire de la métropole parisienne comme le garantit l’article 72-1 de la Constitution française soutenant la participation des citoyens lors de la création d’une nouvelle collectivité territoriale.


Les élu-e-s du groupe communiste, citoyen, Front de gauche pour une transformation sociale et écologique - Conseil général de la Seine Saint Denis.

Bally Bagayoko, Pascal Beaudet, Belaïde Bedreddine, Josiane Bernard, Hervé Bramy, Gilles Garnier, Florence Haye, Jean-Jacques Karman, Pierre Laporte, Jean-Charles Negre, Jacqueline Rouillon, Abdel-Madjid Sadi, Azzedine Taïbi.

Partager cet article

Repost 0
Published by azzédine TAIBI
commenter cet article

commentaires